Atol connecte ses lunettes pour assurer son avenir

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Alors qu’Atol lance en ce mois de septembre ses lunettes connectées Téou, le groupement d’opticiens regarde déjà plus loin, et prépare d’autres lancements « connectés ».

TEOU BLEUE_Atol.jpg
TEOU BLEUE_Atol.jpg© DR

Les chiffres

  • 390 millions d’euros : le chiffre d’affaires en 2014 pour Atol
  • 791 : le nombre de magasins

Source : Atol

Téou, première étape d’une stratégie offensive

  • Le principe Permettre, via une puce électronique implantée dans la monture, de retrouver ses lunettes facilement si jamais on les égare.
  • Le fonctionnement Une application mobile à télécharger, et un simple jeu du « tu brûles/tu refroidis » pour retrouver les lunettes, via un signal rouge, orange ou vert selon la distance où elles se trouvent.
Un aboutissement ? Non, un commencement plutôt. Atol, après avoir présenté ses lunettes géolocalisables Téou, fourmille de nouveaux projets connectés. « Avec Téou, nous avons prouvé que c’était possible et, finalement, après avoir réglé tous les problèmes techniques [poids, implantation de la puce, étanchéité, NDLR], le plus difficile est fait », avance Philippe Peyrard, le directeur général délégué de l’enseigne.

C’est ainsi que le groupement d’opticiens travaille déjà aux développements futurs. Dans le lot, par exemple, le projet « Tu brûles », attendu pour faire le buzz – et le succès d’Atol – sur toutes les plages pour l’été 2016. Le principe ? Une paire de lunettes munie d’un capteur, qui permettra d’alerter sur une exposition au soleil trop prolongée. Ou comment vos lunettes vous rappelleront, quand il le faudra, la nécessité de bien penser à se remettre de la crème solaire. Même joueur – un capteur intégré dans les lunettes – mais pas même jeu, avec « Tu dors », également dans les cartons : il s’agira ici de repérer les mouvements de paupières anormaux, afin de prévenir tout endormissement préjudiciable en voiture.

« L’enjeu est aussi celui de la “réinvention” du modèle de vente de l’optique. On peut imaginer un système de vente par abonnement, via des applis mobiles pour activer telle ou telle fonctionnalité.»

Philippe Peyrard, DG délégué d’Atol

Le prélude à un « central de domotique » ?

« Ces innovations, utiles dans la vie quotidienne de nos clients, sont propres à donner une bonne longueur d’avance à l’enseigne, jubile Philippe Peyrard. Demain, Atol pourra proposer toutes les fonctionnalités offertes par les bracelets connectés – nombre de pas, calories brûlées, etc. –, mais avec un système tellement plus pratique qu’il devrait pouvoir emporter l’adhésion de tous. »

Son constat ? Ces bracelets sont souvent abandonnés au bout de quelques semaines. Non parce que les données collectées apparaissent comme de simples gadgets dont on se lasserait, mais plutôt du fait d’une utilisation trop fastidieuse : devoir les porter au poignet, comme un accessoire de plus. « Les lu­nettes, elles, du bras tendu vers elles le matin, pour les chausser, à la repose sur sa table de chevet le soir, accompagnent toute la journée d’une personne équipée, dans un geste devenu 100 % naturel et spontané », s’enflam­me Philippe Peyrard, qui imagine des débouchés potentiels « incalculables », « avec même la possibilité de faire des lunettes un central de domotique. »

Atol effectue d’ailleurs des tests en ce domaine : puisque ces lunettes connectées sont vouées à être déposées le soir dans leur boîtier-chargeur à induction, pourquoi ce dernier ne communiquerait-il pas avec la maison, pour éteindre les lumières, baisser les volets ou le chauffage, mettre l’alarme en marche ou, au contraire, le matin, faire l’exact inverse, voire jusqu’à lancer sa machine à café, elle-même devenue connectée ? 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2378

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA