Best Buy ferme sa place de marché aux USA

François Deschamps |
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le géant américain de la distribution a annoncé la fermeture de sa place de marché dans sa version américaine. A peine 1% du montant total de ses revenus provenait de son activité de place de marché.

A peine 1% du chiffre d'affaires global de l'entreprise provient de sa place de marché
A peine 1% du chiffre d'affaires global de l'entreprise provient de sa place de marché

Alors que les places de marché ne cessent de monter en puissance dans l'activité de nombreux e-marchands et même plus généralement au sein du e-commerce, le distributeur Best Buy choisit de prendre le contre-pied de cette tendance, et après cinq ans de vie sur sa plateforme Bestbuy.com, vient de fermer sa marketplace. Dans un message adressé à ses marchands professionnels, signé de la responsable du e-commerce chez Best Buy, Mary Lou Kelley (photo ci-contre), le distributeur explique "pouvoir continuer à fournir une expérience client satisfaisante sur son site grâce à d’autres méthodes de sourcing".

Le porte-parole de l’entreprise, Jeff Shelman, a par ailleurs expliqué au portail ecommercebytes.com qui a initialement dévoilé l’information, que la marketplace comptait une centaine de marchands, pas plus, et que son activité représentait à peine 1% des revenus globaux de l’entreprise. Il a également précisé que cette fermeture ne concernait que la place de marché américaine mais que la place de marché canadienne du site Bestbuy.ca, possède un modèle économique différent et continue d’être opérationnelle.  

Des produits en doublon

C’est un problème et non des moindres. Selon les propos de Jeff Shelman, 70% des articles vendus sur la place de marché étaient également vendus sur le site Bestbuy.com, ou présentaient du moins des similarités avec l’inventaire de produits du marchand. Les 30% restants étaient principalement composés de produits reconditionnés, "une dimension que nous aimerions développer". Plus globalement, l’entreprise entend bien investir la somme économisée par cette fermeture dans des axes de croissance plus stratégiques, et éviter une certaine confusion crée dans l’esprit du consommateur par des services proposés par le site et indisponibles sur la partie de place marché. Comme la gratuité du retrait de produits en magasins par exemple ou encore l’impossibilité de retourner en magasins des produits achetés sur la marketplace.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA