Bruno Lasserre va quitter l'Autorité de la concurrence

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Bruno Lasserre, qui dirige l’Aurorité de la concurrence depuis 2004, pourrait retourner au Conseil d'Etat.  

Bruno Lasserre a fortement modernisé l’Autorité de la concurrence
Bruno Lasserre a fortement modernisé l’Autorité de la concurrence

Voilà qui devrait faire plaisir à quelques industriels. Selon la Lettre de l'Expansion (relayée par différents médias), Bruno Lasserre va prochainement quitter l'Autorité de la concurrence. Une information que l'Autorité ne souhaite ni confirmer ni commenter. Le conseil des ministres devrait le nommer le 28 septembre 2016 au Conseil d'État. Il quitterait son poste avec un bilan que certains jugeront positif et d’autres trouveront très lourd. Au total, il aura infligé 5,8 milliards d'euros d'amendes entre 2004 et mi-2016. Il a aussi fortement réduit les délais d'instruction des plaintes qui lui étaient soumises et communiqué abondamment, bien plus que ses prédécesseurs.

En juin 2016, le président de l’Autorité avait présenté son bilan pour 2015, avec un nouveau record de plus de 1,25 milliard d’euros, soit plus que lors de l’exercice précédent, de 1,014 milliard d’euros, également une année record, avec les ententes de la lessive, des produits d’entretien et d’hygiène, avec des amendes respectives de 345 et 606 millions d’euros, qui ont touché des géants comme Procter, Unilever ou L’Oréal. La totalité de la somme a été recouvrée, a indiqué Bruno Lasserre, récemment. Pour 2015, figure au tableau de l'Autorité l’énorme amende payée par Orange, l’amende la plus lourde au niveau individuel jamais infligée. Les producteurs laitiers se sont vus infliger, pour leur part, une amende de 192,7 millions d’euros pour des ententes sur les produits laitiers frais, Lactalis et Maîtres Laitiers du Cotentin écopant des sanctions les plus lourdes. Yoplait, qui avait révélé l’affaire, avait bénéficié de la clémence et n’a rien payé. L’affaire fait toujours l’objet d’un recours devant la Cour d’Appel de Paris. Les entreprises de volailles ont également fait l’objet d’une amende, plutôt douce, de 15 millions d’euros, en échange de la création d’une interprofession pouvant élaborer des indicateurs de cours licites, évitant ainsi les risques d'entente entre soi. Les transporteurs de colis - une vingtaine d’entreprises, ont écopé eux d’une sanction énorme de 672 millions d’euros ! Là encore, les parties ont déposé un recours devant la Cour d’Appel. Rappelons qu'en octobre 2015, lors du Congrès Négociations commerciales LSA, Bruno Lasserre avait prévenu les industriels des risques de sanction pour entente. "Ne le faites pas, et si vous l'avez déjà fait, ne le refaites plus"...

La semaine dernière l'Autorité de la concurrence avait indiqué que des opérations de visites et saisies inopinées ont été réalisées le 15 septembre dans le secteur de la fabrication et la distribution des sandwichs à destination des grandes surfaces alimentaires.

L’Autorité de la concurrence s’occupe aussi du contrôle des concentrations. Et elle a examiné la fusion d’Auchan et Système U, et le rachat de Darty par la FNAC

A noter que Bruno Lasserre, qui devait une nouvelle fois intervenir lors du Congrès organisé par LSA sur les Négociations commerciales 2017, le 5 octobre prochain, avait prévénu la rédaction de LSA, il y a une semaine, qu'il serait remplacé par Madame Virginie  Beaumenier, Rapporteur général. 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA