Catégorie: industrie alimentaire

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer



> Présentation de la région
> Les champions primés
> Les entreprises de la région
Les secteurs de la région :
> L'industrie avec L'Usine Nouvelle, Industrie et Technologies, Emballages Magazine
>
La grande consommation avec LSA
> L'assurance avec l'Argus de l'assurance
> Le tourisme avec l'Echo touristique
> La restauration avec Néorestauration

GRAND PRIX > voir les nominés


Blue whale

Blue whale veut s'imposer en France
En s'approvisionnant en dehors de ses propres adhérents, l'union de
coopératives est devenue un opérateur important du secteur de la pomme.

L'entreprise
Siège : Montauban (Tarn et Garonne)
Activité : Fruit et légumes
CA 2001 : 93,4 M€
Croissance en 3 ans : 31,2 %
Marge nette : 1,5 %
Effectifs : 46

Les points forts de l'entreprise
Des volumes importants
Un large portefeuille de clients
Une expérience à l'export

ALAIN VIALARET, Directeur de Blue Whale :
Notre objectif : multiplier par deux nos ventes sur le marché français dans les deux ans.


Pourquoi choisit-on, lorsque l'on est l'un des leaders européens de la pomme, de s'appeler La Baleine bleue? Alain Vialaret, directeur de Blue Whale (100M€ de CA et 1,3M€de résultat net en 2002-2003), a dû répondre des centaines de fois à cette question: « Il y a trente ans, le marché français étant saturé, quatre de nos gros producteurs ont trouvé une opportunité d'exporter vers l'Iran et l'Irak. Ils ont travaillé en bateaux complets à partir de Port-Vendres.
La marque Blue Whale montrait que nous étions gros en volume, et que nous arrivions par la mer.» Depuis, Blue Whale n'a cessé de grossir grâce à une politique departenariat avec des producteurs extérieurs à l'union de coopératives basée à Montauban. Ainsi, les 250producteurs des cinq coopératives de base représentent
aujourd'hui un peu plus de la moitié des 126 000 tonnes de fruits écoulées lors de la campagne 2002-2003 par la SA Blue Whale, dont 80% de pommes.
Sur un marché européen où il faut encore s'attendre, selon Alain Vialaret, à de la concentration et à du déréférencement, les producteurs ont compris que pour garder ce portefeuille de clients -Blue Whale fournit les principales enseignes européennes -, il fallait des volumes.

Un positionnement haut de gamme
Des volumes et de la qualité: «Sur tous les marchés, nous entrons dans une période de segmentation, explique Alain Vialaret. Nous avons des coûts de production parmi les plus élevés au monde qui ne nous permettent pas de lutter sur
les prix. Nous préférons nous positionner sur le coeur de marché et le haut de gamme. » Ainsi, 70% des vergers sont couverts contre la grêle, un travail de certification a été effectué (Agri-confiance, Iso, HACCP) et un logiciel de traçabilité
a été mis en place auprès des producteurs. «Aujourd'hui, ce sont les services qualité des enseignes qui font le référencement. Blue Whale est historiquement exportateur, donc habitué aux exigences en matière de cahier des charges et
contrôles phytosanitaires. Nous avons une avance technologique que nous mettons au service d'un portefeuille de clients qui a ce type d'exigences.»
Fort de son expérience à l'export, Blue Whale souhaite se développer sur le marché français, qui représente un peu plus de 20% de ses ventes: «Nous avons déjà augmenté nos volumes de 30% en France l'an dernier, et nous voulons les doubler en deux ans», explique Alain Vialaret.
Par quels moyens? D'abord en suivant les demandes des distributeurs et des consommateurs. Le groupe a ainsi fait évoluer son verger, qui s'étend désormais sur près de 2000hectares, et dont 100 à 120hectares sont renouvelés chaque année. En pommes, les adhérents ont fortement réduit les surfaces en golden au bénéfice des variétés bicolores (royal gala, braeburn et fuji). La production de pêches-nectarines et de poires, peu compétitive, est progressivement arrêtée.
En revanche, Blue Whale développe son verger de prunes, avec de nouvelles variétés américanojaponaises pour lesquelles une marque, Estiva, sera lancée à la
rentrée. Il veut accroître ses vergers de kiwis de 5 à 10% par an, et expérimenter la production de kiwi Gold.
Deuxième moyen, être capable de fournir le marché. Le groupe, qui possède déjà de grosses capacités de stockage en froid lui permettant de faire de la pomme toute
l'année, va massifier ses volumes sur une nouvelle plateforme à Moissac (5000m2).

PATRICK DÉNIEL





LES NOMINÉS
Cottes
Siège : Le Fossat (Ariège)
Activité :Fabrication industrielle de pain et de pâtisserie
CA 2001 : 26,2 M€
Croissance en 3 ans : 19,8 %
Marge nette : 4,8 %
Effectifs : 143
Lou Gascoun
Siège : St-Médard d'Eyraud
Activité : Préparations à base de viande
CA 2001 : 21 M€
Croissance en 3 ans : 31,2 %
Marge nette : 10 %
Effectifs : 15


Martine Spécialités
Siège : Condat-sur-Trincou
Activité : Pain et pâtisserie sèche
CA 2001 : 45,1 M€
Croissance en 3 ans : 10,8 %
Marge nette : 4,3 %
Effectifs : 267
El Pozo France
Siège : Toulouse
Activité : Charcuterie
CA 2001 : 13,6 M€
Croissance en 3 ans : 67,6 %
Marge nette : 1,1 %
Effectifs : NC


Prolainat
Siège : Aubiet (Gers)
Activité :Glaces et sorbets
CA 2001 : 27,4 M€
Croissance en 3 ans : 14,4 %
Marge nette : 0,7 %
Effectifs : 236
GMD
Siège : Maubourguet (Hautes-Pyrénées)
Activité : Foie gras
CA 2001 : 115,3 M€
Croissance en 3 ans : 18,3 %
Marge nette : 2,7 %
Effectifs : 545


  > haut de page


Agro-alimentaireBlue Whale
Industrie non-alimentaire Bullrot
Distribution alimentaireGimbert Surgelés
Distribution non-alimentaire Comptoir des Cotonniers

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA