[Crise agricole] Stéphane Le Foll détaille les aides globales à l'agriculture

Sylvain AUBRIL |
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier Devant le Sénat, Stéphane Le Foll a détaillé les initiatives déjà prises en faveur de la compétitivité, qui s'éleveraient à 4 milliards d'euros pour l'agriculture et l'agroalimentaire. Il a indiqué que la LME pourrait être aménagée dans le cadre de la loi Sapin 2.

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture
Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture© Laëtitia Duarte/LSA

La rédaction vous conseille

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, s'est rendu devant les députés de la  Commission des Affaires économiques pour détailler toutes les mesures que le gouvernement a pris en faveur de l'agriculture et l'agroalimentaire, face à "une perte de compétivité que personne ne conteste". Selon le ministre de l'Agriculture, en cumulant le CICE, les allégements de charge, de cotisations sociales sont passées de 1 milliard d'euros en 2012 à 1,3 milliard en 2014, 1,7 milliard en 2015, et en 2016 et 2017 ce sera 1,8 milliard environ. Ceci, avant les annonces que le Premier ministre 'apprêtre à faire. Stéphane Le Foll estime que ces mesures sont supérieures à "ce qu'aurait été une augmentation de la TVA de 3 %" pour améliorer la compétitivité des entreprises, comme l'opposition le réclame. A ces baisses de coûts obtenus au niveau des exploitations, s'ajoutent des baisses de charges pour les entreprises agroalimentaires, via le CICE ou la suppression de la C3S, à 2 milliards d'euros.  Soit, au total, 4 milliard d'euros pour la filière. 

La LME pourrait être revue dans la loi Sapin

Il a ensuite détaillé par le menu le "plan de soutien à l'élevage", pour les exploitations en difficulté, via la fiscalité (suppression des cotisations foncières), les cotisations sociales ou les aides bancaires (prêts bonifiés). Concernant les négociations commerciales, le ministre a indiqué qu'une réunion aurait lieu après leur clôture. En fonction du bilan, la LME pourrait être revue "et nous avons le véhicule pour celà, la loi Sapin 2 qui sera présentée sous peu"

"Les enseignes nous ont dit "ne revenons pas à l'ère soviétique". Je leur ai dit d'accord, mais faites moi des propositions sérieuses, parce que l'ultralibéralisme, ca ne marche pas non plus". Il a évoqué la perquisition "dans une grande enseigne qui débouchera sur des sanctions" - chacun sait qu'il s'agit de Carrefour. Mais il a aussi salué la prise de position de la FCD pour la création du fonds de soutien à la production porcine. Et la plupart des enseignes vont signer ce jour la "Charte des valeurs laitières" proposée par la FNPL. A propos de la crise du lait, le ministre a estimé que la situation était pire que la crise du porc, parce que les "excédents de production ne cessent d'augmenter alors qu'il n'y a pas les débouchés". Il souhaite des mesures de limitation de la production à l'échelle européenne. 

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA