Dash : les boutons connectés d'Amazon débarquent en France

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le géant américain de l'e-commerce lance en France ses boutons connectés "Dash". L'e-marchand espère réitérer en France le succès rencontré par ses fameux boutons aux Etats-Unis, dont le programme compte déjà plus de 200 marques partenaires. Interview de Daniel Rausch, directeur Dash pour Amazon US.

Amazon Dash en France compte déjà plus de quarante marques partenaires
Amazon Dash en France compte déjà plus de quarante marques partenaires

Les abonnés au programme Premium d’Amazon France ont désormais un nouveau moyen pour acheter facilement auprès du géant américain de l’e-commerce. Amazon vient en effet d’annoncer le lancement France, de ses fameux boutons connectés via wi-fi, Amazon Dash. Exceptionnellement pour ce lancement, Amazon a dépêché son directeur en charge des boutons Dash, Daniel Rausch, dans une suite d’un hôtel parisien ayant été entièrement réservée par Amazon pour mettre en scène les fameux boutons et les présenter à la presse.

Plus de quarante marques ont déjà adhéré au programme, parmi lesquelles figurent notamment Lipton, Le Chat, Play-Doh, Pedigree, Air Wick, Ariel, Gillette, Huggies, Head&Shoulders, Diadermine, Kleenex, Nicorette, Pedigree, Schwarzkopf, etc. Les abonnés du programme Premium peuvent pré-commander un "Dash Button" dès aujourd'hui, moyennant la somme de 4,99 euros, pour une expédition prévue à compter du 15 novembre 2016. ces clients seront automatiquement remboursés du même montant à la première utilisation du bouton.

Interview : Daniel Rausch, responsable Dash pour Amazon USA

Quelle est la philosophie des boutons Dash ?

Daniel Rausch : Elle peut se résumer ainsi : nous sommes dépendants de beaucoup de produits du quotidien dans nos foyers, dont le ravitaillement reste un moment pénible pour de nombreux consommateurs. Personne n’est emballé à l’idée d’aller acheter du détergent pour nettoyer sa salle de bain, ce n’est pas comme acheter des chaussures ou une bouteille de vin. Ce sont des produits ennuyeux, dont l’achat s’apparente plus à du travail qu’à du plaisir. Avec Amazon Dash, nous voulons apporter la meilleure expérience de shopping pour ces produits, en faisant disparaitre au maximum les irritants. Grâce aux boutons, les gens peuvent acheter des produits en un clic juste à côté de là où ils se trouvent. Nous avons déplacé le clic du site internet, sur un simple bouton physique.

Comment fonctionnent-ils concrètement ?  

D.R : Les boutons Dash fonctionnent en wifi et communiquent avec l’application mobile d’Amazon. Il suffit de sélectionner les produits voulus parmi les marques partenaires, au sein de l’application, et le tour est joué. Par exemple, chez Gillette, nos clients peuvent choisir des rasoirs pour hommes et/ou pour femmes. L’utilisateur n’a qu’à placer les boutons à des endroits stratégiques dans la maison. Généralement nos clients les placent à proximité de l’endroit où le produit se trouve grâce à l’adhésif sous le produit, ou via un système de crochet. Lorsque le produit vient à manquer, une simple pression du doigt sur le bouton permet de déclencher la commande. Une diode située sur le bouton s’allume signifiant que le bouton se connecte auprès d’Amazon et passe la commande. Amazon retourne un signal positif auprès du bouton et la diode passe alors à la couleur verte, preuve que la commande est bien passée et envoyée. Une notification en temps réel est envoyée sur le mobile du client pour l’avertir que la commande est effectuée, lui fournissant de plus amples informations, et notamment la possibilité d’annuler l’achat en cas de changement d’avis.

Le lancement des boutons Dash aux Etats-Unis a eu lieu le 1er avril 2015. En France, nombreux sont ceux à avoir cru à un poisson d’avril…

D.R : Beaucoup de médias ont effectivement cru que c’était une blague de la part d’Amazon, mais ce n’en était pas une. Ça n’était qu’un problème de timing. Ceci dit, c’était une idée au départ qui semblait folle. Mais en réalité, cela faisait longtemps déjà qu’Amazon travaillait sur cette idée, et nous l’avions testé auprès de clients, sur invitations, afin de comprendre comment ils les utilisaient, quels produits ils achetaient, etc.

Combien de marques sont partenaires en France et comment les avez-vous choisies ?

D.R : Nous avons déjà 43 marques partenaires pour la France soit au total plus de 500 produits. Nous les avons choisies en fonction de leur popularité auprès des consommateurs. Aussi, notre objectif est de couvrir un spectre large de besoins dans la maison : salle de bain, salon, cuisine, etc. Nous voulons donc agrandir encore plus cette sélection jusqu’à couvrir l’ensemble des besoins des consommateurs.

Y a-t-il une limite ?

D.R : Nous sommes limités par ce que veulent les consommateurs, mais c’est à peu près la seule limite que nous nous imposons. 

Faut-il s’attendre, en France, à l’arrivée de boutons Dash permettant de commander des produits d’épicerie et notamment alimentaires ?

D.R : Nous voulons proposer la sélection de produits la plus en phase avec les attentes de nos clients. Les produits d’épicerie en font partie. Et évidemment certains produits alimentaires.  Par exemple, en France, la marque de thés Lipton fait d’ores et déjà partie du programme

Quel est le modèle économique entre Amazon, les marques et les boutons Dash ?

D.R : Nous ne communiquons pas les termes spécifiques des accords entre les marques et Amazon dans le cadre de ce programme. Mais cela fonctionne de manière assez similaire à d’autres programmes mis en place chez Amazon.

Qui supporte le coût de fabrication des boutons, Amazon ou les marques ?

D.R : Je ne peux pas le dire.

Les produits commandés sur Dash viennent-ils des entrepôts Amazon ou directement des marques ?

D.R : Ils viennent des entrepôts Amazon. Le modèle de fonctionnement est identique à celui de la plateforme traditionnelle d’Amazon. Les boutons Dash sont comme une excroissance physique du bouton one-click sur le site web. Par exemple, dans le cas Gillette, la marque nous confie ses produits que nous conservons dans nos stocks. Dès lors qu’une commande est passée depuis un bouton Dash, ça déclenche l’envoi depuis nos entrepôts, et Amazon s’occupe de toute la logistique.

Comment se porte l’activité Dash aux Etats-Unis ?

D.R : Cela fait 18 mois que les boutons Dash y sont opérationnels. Au cours des 12 derniers mois, les commandes passées depuis les boutons ont été multipliées par 5 ! Nous recevons une commande toutes les trois minutes en général depuis les boutons Dash. L’activité devient tellement importante, que certains produits commandés chez Amazon le sont davantage depuis les boutons Dash que depuis le site internet ou l’application mobile. C’est notamment le cas de la marque de cafés Peet’s, l’un des cafés les plus populaires aux Etats-Unis. C’est aussi le cas de certains sacs poubelles. Au lancement de ce service nous avions moins de 20 marques partenaires, désormais nous en avons plus de 200. Nous sommes seulement limités par notre capacité à embarquer de nouvelles marques dans le programme pour des raisons pratiques comme la fabrication des boutons. Mais je peux déjà dire que beaucoup d’autres marques veulent rejoindre ce programme.

Que représentent les ventes depuis ces boutons aux US ?

D.R : Nous ne communiquons pas sur le montant des ventes réalisées via les boutons Dash.

En moyenne, combien de boutons Dash possèdent vos clients ?

D.R : Aux Etats-Unis, les utilisateurs des boutons dash, en possèdent quatre chez eux en moyenne. Et ce nombre ne cesse de progresser.

Dash a été déployée au mois d’août dernier au Royaume-Uni, en Allemagne et en Autriche. Un premier bilan ?

D.R : C’est un peu tôt pour communiquer mais c’est déjà un succès. Nous nous sommes retrouvés en rupture de stocks pour la quasi-totalité de nos marques partenaires en une seule journée. Nous n’avons pas réussi à suivre la demande.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA