Deleasy, le site français qui livre dans l’heure les produits des supermarchés et des commerçants du quartier

Charlène Lermite |
, mis à jour le 25/07/2016 à 11H24
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Entre Uber et Instacart, Deleasy propose une livraison, dans l’heure ou programmée, de produits achetés chez les commerçants ou dans les supermarchés du quartier. La start-up, qui s’est lancée en janvier 2016, propose déjà des livraisons dans les 11e, 17e et 18e arrondissements parisiens et à Neuilly-sur-Seine, avant de s’ouvrir à d’autres quartiers de la capitale. Deleasy propose aussi une offre B2B aux enseignes, pour contrer l’offre Prime Now d’Amazon.

Avec Deleasy, un shopper livre les courses dans l'heure ou quand l'utilisateur le souhaite.
Avec Deleasy, un shopper livre les courses dans l'heure ou quand l'utilisateur le souhaite. © Capture d'écran Deleasy / Twitter

"Delivery Made Easy"* C’est le principe de la toute jeune start-up parisienne, qui s’est lancée dans la livraison de courses dans l’heure ou programmée depuis le 4 janvier 2016. Avec un modèle proche de celui de l’américain Instacart, l’utilisateur va se connecter sur la plateforme en ligne et sélectionner l’ensemble de ses courses. Il va choisir une livraison dans l’heure ou pouvoir la programmer pour plus tard. Les courses sont réalisées chez les petits commerçants du quartier et les grandes enseignes comme Monoprix. Erwann Le Page, qui est à la tête de Deleasy, explique que ce modèle colle bien à Paris : "C’est une ville où les gens sont surbookés, ils souhaitent passer plus de temps en famille, entre amis, en terrasse, ou même au bureau". Sur un modèle d’économie collaborative, Deleasy offre une vitrine aux commerçants de quartier, qui souhaitent se digitaliser sans pour autant savoir comment faire. "Les commerces de quartier ont une belle histoire à raconter, et Internet va être intéressant pour générer du trafic et leur permettre de se digitaliser" note le jeune homme. Il poursuit, "nous allons aider le boucher de quartier à créer son catalogue en ligne, avec des photographies de ses produits".

Une livraison à la sauce Uber

La start-up compte déjà dans ses rangs une quarantaine de "shoppers", c’est-à-dire de livreurs qui vont se rendre dans les magasins pour faire les courses commandées par les clients en ligne. Pour s’assurer que les produits soient bien choisis, les shoppers reçoivent une formation de l’Atelier des Sens avec un chef cuisinier. "Ils vont apprendre à faire une bonne sélection des produits, explique Erwann Le Page, nous les sensibilisons à tous les types de produits qu’ils vont pouvoir trouver dans les enseignes". Les shoppers vont livrer les courses à pied, à vélo, ou en voiture. Ils fonctionnent sur le même modèle qu’Uber, car "économiquement, c’est la manière la plus viable de pouvoir livrer dans l’heure", analyse Erwann Le Page. Les shoppers sont donc des auto-entrepreneurs, ils disposent d’une application sur laquelle ils vont se connecter pour voir les commandes et assurer la livraison. Ils travaillent à la carte.

Des partenariats avec les commerces de quartier

Sur son site, Deleasy propose quelques 11 000 références. Si la start-up n'a pas encore signé de partenariat avec de grandes enseignes, elle travaille avec les commerces de quartier, qui vont faire figurer leurs produits sur le site. Elle propose les références de Monoprix et Picard, et d’autres grandes enseignes devraient rejoindre le catalogue de Deleasy prochainement. Le système est simple, le client paye 4,9 euros pour une commande programmée, et 7 euros pour une commande livrée dans l’heure. Les produits sont affichés au prix magasin avec les enseignes partenaires, le commerçant reverse 20% de son chiffre d’affaires, et il existe une surcharge sur les produits achetés chez des enseignes non partenaires. Le shopper va récupérer 70% de ce montant.

Une ouverture sur d’autres quartiers prochainement

La start-up d’Erwann Le Page et de ses deux associés est née en juin 2015 d’un projet initialement pensé en cours pendant leur année de MBA Executive à l’Essec. Initialement disponible à Neuilly-sur-Seine, dans les 11e, 17e et 18e arrondissements parisiens, Deleasy va s’ouvrir à d’autres arrondissements de la capitale prochainement (5e, 6e, 12e, 16e). En pleine croissance actuellement, les trois associés ont levé 300.000 euros de fonds en juin dernier, et trvaillent avec une équipe de 5 personnes. Loin de craindre la concurrence que représenterait l’arrivée d’un Amazon Fresh en France, Erwann Le Page y verrait un bénéfice : "La clientèle recherche la différence, la qualité, le lien social et la proximité", explique-t-il. Actuellement, Deleasy se fait connaitre par le bouche à oreille, les commerçants locaux et des prospectus distribués dans les différents quartiers ciblés.

Une offre B2B pour les enseignes

Après qu’Amazon ait lancé son programme Prime Now sur la capitale, Deleasy a choisi de présenter une offre B2B. Erwann Le Page explique que plusieurs distributeurs l’ont sollicité pour travailler en marque blanche. Pour lui, "le nerf de la guerre c’est le ‘time to market*’, et nous proposons une mise en place très rapide aux retailers". L’entreprise qui en 6 mois d’activité affiche une bonne croissance et des partenariats structurés avec Franprix ou Leroy Merlin sur l’Est Parisien, devrait travailler avec plusieurs entreprises du retail dans les prochains mois, sur des livraisons dans l’heure.

*Délai nécessaire à la mise au point d’un projet  

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

1 commentaire

Chevallier MF

07/03/2016 09h01 - Chevallier MF

Bravo! Excellente initiative! Tiens bon Erwann Le Page.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA