Développement à l’international : quelle stratégie pour l’extension des infrastructures télécoms ? [Tribune]

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

TRIBUNE D'EXPERTS Le développement dans un nouveau pays est une étape décisive dans la stratégie d’une enseigne. Au-delà des défis posés en termes d’image et de positionnement sur un nouveau marché, le développement technique de l’infrastructure télécom de la marque représente un challenge non moins imposant. Explications de Julien Jacquel, directeur général de Waycom.

Julien Jacquel, directeur général de Waycom.
Julien Jacquel, directeur général de Waycom.
Lors de l’ouverture de points de vente dans un nouveau pays, une couche de complexité s’ajoute dans la gestion des infrastructures notamment du fait de la multiplication des interlocuteurs qui gèrent le réseau physique utilisé. Chaque modification du réseau et opération de maintenance demande la coordination de chaque organisme et mobilise les équipes plus longtemps. Cette augmentation du nombre d’acteurs du réseau augmente également les risques de faille de sécurité et de fuite de données. Au niveau financier, si le pays visé n’utilise pas la même devise que ceux dans lesquels l’enseigne opère déjà, la facturation dans une nouvelle devise complexifie la comptabilité de l’entreprise et ses échanges avec ses partenaires locaux.
 
Les tunnels IPSec : faciles à mettre en place mais archaïque
Deux stratégies existent pour gérer au mieux l’extension internationale, chacune répondant différemment à ces contraintes. La première stratégie consiste à faire appel à un intégrateur local gérant les connexions des différents points de vente de l’enseigne puis à faire le lien entre ces points et le système d’information de l’entreprise par des tunnels IPSec. Ce procédé qui crée une connexion directe entre deux points du réseau permet un échange de données via le réseau Internet, sans intermédiaire et donc extrêmement simple. Cette méthode de connexion restant intégrée au réseau, elle n’est cependant pas la solution la plus sûre : le cryptage qu’elle nécessite rend les données plus lourdes et donc l’infrastructure moins performante.
 
Le réseau MPLS global : plus d’investissement pour plus de sécurité
La seconde stratégie consiste à déployer un réseau global et unique, quels que soient les pays d’implantation. Cette alternative est plus sécurisée puisqu’elle permet de déployer un MPLS, un réseau sécurisé distinct d’internet qui a l’avantage de fluidifier et de sécuriser totalement les échanges. C’est la solution la plus généralement adoptée car elle permet aux enseignes de gérer entièrement leurs réseaux et d’en rester intégralement propriétaires.
 
Au-delà de ces deux solutions traditionnelles, de nouvelles bonnes pratiques émergent pour optimiser le développement international des infrastructures télécoms. Il est par exemple de plus en plus courant d’externaliser dans le cloud des infrastructures auparavant gérées en interne. Il s’agit d’une pratique qui simplifie de nombreuses tâches mais dont le niveau de sécurité ne correspond pas à tous les types de données. Les problèmes posés par le traitement des différentes devises sont également de plus en plus souvent réglés par le biais du cross-border qui permet une centralisation des paiements dans l’ensemble des pays dans lesquels opèrent une enseigne. Autant de solutions qui tendent à rendre de plus en plus accessibles les projets d’internationalisation des télécoms autrefois réservés à des groupes de taille conséquente.
 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA