Food Tech : Actitouch’ veut inventer le drive de quartier

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Actitouch' aide les commerces indépendants à rentrer dans l’ère du retail connecté. Plus particulièrement, cette société lyonnaise s’adresse aux commerces de bouches, de la boulangerie à la fromagerie en passant par le traiteur. LSA a rencontré son PDG, Eric Chaix, en marge de l’édition 2016 du salon Sandwich et Snack Show qui vient de s’achever à Paris.

web to store produits frais
web to store produits frais © Syda Productions - Fotolia.com

La problématique du digital ne touche pas que les grandes enseignes. Désormais, avec l’évolution des usages, notamment en termes de mobilité, tous les commerçants sont amenés à prendre en compte le numérique. Pour les aider, Eric Chaix a créé Actitouch'. Cette société, fondée en en 2010 et basée à Lyon propose aux petits commerces de bouche des solutions digitales pour leur point de vente. Son fondateur, qui a fait ses armes auprès des grandes enseignes, imagine en 2012 un "magasin du futur" après avoir gagné un prix auprès de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon. Parmi les innovations les plus remarquées, le Lyonnais fait sensation avec une vitrine tactile, qu’il présente comme une solution pour la vente à emporter. "Ce prototype a permis de cerner de nombreuses attentes de la part commerçants, désireux d’introduire de la digitalisation dans leurs magasins mais peu familiers des technologies", explique Eric Chaix. Après 18 mois de travail, l’entreprise propose une solution tactile ergonomique qu’elle est en mesure de présenter sur les salons professionnels. Dans la ligne de mire de ce spécialiste du digital : les boulangeries, les snacks, les traiteurs mais aussi poissonniers, les bouchers et les primeurs. "Il s’agit de recréer du lien entre les consommateurs et leurs commerces de bouche de quartier en revêtissent les codes et les outils des grands acteurs du Drive ou du Click n'Collect", poursuit-il. Car si les vitrines digitales ont largement contribué à faire connaître la société, les solutions proposées par Actitouch' ne concernent pas que l’aménagement des points de vente.

Une approche client-centric

C’est un ensemble de prestations qui touchent aussi bien la réalisation du site Web et de l’application mobile à l’installation d’un logiciel de gestion de données ou d’un moyen de paiement en ligne en passant par l’édition de flyers. "Nous mettons à disposition des commerces indépendants un véritable écosystème digital pour toucher différemment leurs clients", résume Eric Chaix. La société propose également son expertise pour asseoir la présence du commerce sur les réseaux sociaux, la gestion des campagnes marketing ou encore des plans de formations à destination des commerçants. Une solution tout-en-1 qui veut permettre à l’artisan de bouche de développer une nouvelle manière d’interagir avec les clients. La société vient récemment de lancer un nouveau service, baptisé "Miam Express", un service de vente en ligne de produits alimentaires qui proviennent uniquement des artisans de bouche. Vente de produits frais en ligne, mais également gestion des stocks en temps réel et  géolocalisation du commerce pour améliorer la visibilité du commerce… Le dispositif est profitable pour le commerçant comme pour le client.

Car c’est finalement autour du client que la solution Actitouch' est construite. Cette approche client-centric s’articule autour des nouveaux usages des consommateurs, toujours plus mobile, et également des contraintes qui pèsent sur leur quotidien. "Les commerces de bouche touchent tous les moments de la journée, explique Eric Chaix. Une boulangerie est un point de contact au moment du petit-déjeuner, mais aussi du déjeuner, avec l’offre de sandwich et de snacking, l’après-midi avec le goûter des enfants et le soir pour l’achat du pain ou de gâteaux pour le dîner, explique le dirigeant. Pouvoir commander et payer en ligne sans affronter les files d’attentes à ces moments-clés est un avantage indéniable". La famille Marteau, boulangères depuis trois générations a installé la vitrine tactile by Actitouch dans sa boulangerie Au Petit Duc à Val de Fontenay (94). Le client gagne du temps depuis l’extérieur de la boutique sans faire la queue et peut récupérer sa commande à l’heure souhaitée. Le paiement peut alors avoir été fait depuis son téléphone via une application ou alors avec un paiement au moment de la réception de la commande avec des tickets restaurants. "La vitrine devient donc un véritable point d’encaissement, ce qui génère un chiffre d’affaires substantiel", explique Eric Chaix.

Développer un service drive de quartier

Désormais, Actitouch’ veut aller plus loin et planche notamment sur le développement d’autres moyens de paiement sans contact. "L’enjeu pour tous les acteurs de la filière, des banques aux institutions en passant par les commerçants, est dans un premier temps de communiquer massivement sur la sécurité totale de ce système. Il est nécessaire de bien mettre en avant les bénéfices d’utilisation du paiement sans contact", explique Eric Chaix. Et les ambitions de la société lyonnaise sont claires : devenir une plateforme de drive fédérant les commerces de bouche indépendants. A l’heure où le drive est définitivement entré dans les mœurs en France, avec plus d’un Français sur 3 ayant déjà fait ses courses via un drive*, Actitouch’a de quoi séduire les consommateurs. "Sans compter que notre application donne accès à la vente directe par les producteurs locaux et le e commerces de produits frais, eux aussi largement plébiscités", poursuit le dirigeant.

130 commerçants sont à date partenaires de cette solution et la société, en croissance de 300% de chiffre d’affaires entre 2014 et 2015, va accélérer son développement avec le recrutement de profils commerciaux.. Elle vise d’ici à 2020 10 000 commerces connectés à sa plateforme. Elle va par ailleurs débuter un partenariat avec la start-up OptiMiam, qui connecte en temps réel les commerces alimentaires de proximité aux consommateurs. "Le digital n’est que le prolongement d’un commerce, un point de contact supplémentaire, et c’est ce que nous devons faire comprendre aux commerçants", résume Eric Chaix. Et l'arrivée prochaine de grands distributeurs dans les centre-villes français ne lui fait pas peur. "Ces implantations permettront de garder les consommateurs au cœur des villes, et ces derniers pourront ainsi observer la qualité des produits et comparer les prix dans une zone de chalandise très proche et ainsi observer que son artisan de quartier n’est finalement pas  si cher ou même s’il l’est juger que sa différence ce prix est largement justifié par sa qualité, prédit Eric Chaix. L'exemple de Grand Frais, qui s’installent à côtés de Carrefour et autres grandes enseignes, n'empêche pas les consommateurs font la différence entre les deux offres et de faire une partie des courses chez les uns, une partie des course chez les autres". Désormais, c'est aux artisans des métiers de bouches de "savoir faire la différence sur la qualité et l’accueil'. 

*Baromètre annuel sur le drive réalisé par Harris Interactive en juillet 2015 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA