Marchés

Hauts-de-France : une diversité gagnante

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
Hauts-de-France : Une diversité gagnante

A la suite de la fusion des régions du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie, la filière agro­alimentaire des Hauts-de-France se hisse à la troisième place nationale, avec un chiffre d’affaires de 11 milliards d’euros (2 000 entreprises et 60 000 salariés). Elle assure 10,6 % de la valeur ajoutée agricole nationale et se caractérise, avant tout, par une grande diversité des secteurs exploités et de la taille de ses entreprises.

Si les céréales, la pomme de terre, les betteraves, les produits de la mer, le lait et la bière sont ses produits historiques, toutes les filières agricoles et de transformation sont représentées. Plusieurs d’entre elles occupent d’ailleurs le leadership mondial, tels les groupes familiaux ­Lesaffre (levure), Roquette (amylacés), Bonduelle (légumes) et Holder (panification). Et toute la filière agricole s’affirme comme la première exportatrice de France (12 % des échanges nationaux), en tirant profit d’un positionnement géographique très favorable en termes de zone de chalandise (80 millions d’habitants et 1 500 milliards d’euros dans un rayon de 300 km), ainsi que d’infrastructures de transport et de logistique multi­modales et de qualité.

De grands groupes étrangers et de nombreuses PME

Des atouts indéniables pour plus d’une cinquantaine de groupes étrangers qui ont choisi de s’y implanter : Coca-cola, Nestlé, McCain, Moy Park, Tereos, Häagen-Dazs, Heineken

Au-delà de ces groupes, on trouve une grande diversité d’ETI, de PME et de TPE très dynamiques. « Elles réussissent grâce à leur capacité à investir et à innover. Sur les 26,8 millions d’euros à l’innovation de Bpifrance en 2015, 6,78 millions d’euros ont ainsi bénéficié à des projets des Hauts-de-France, qui a été la première région de France soutenue », rappelle Frédérique Martin, directrice technique du Certia, structure régionale d’aide à l’innovation. Une capacité d’innover soutenue par quatre pôles de compétitivité (NSL, IAR, Aquimer et Matikem) et une dizaine de laboratoires de recherche publics et privés ­reconnus.

Dans le non-alimentaire, par exemple, l’ETI familiale Sarbec Cosmetics (600 salariés) illustre cette faculté d’entreprendre. En juin, elle a inauguré son nouveau laboratoire, dont la taille a quadruplé et qui compte désormais 25 collaborateurs (5 recrutements). « Nous consacrons 4 % de notre chiffre d’affaires en R & D, et nous investissons dans ce domaine pour nous donner les moyens de traiter au mieux les 500 projets de création de produits que nous menons chaque année », soulignait alors Éric Jacquemet, président de ce groupe, qui intervient à la fois pour sa marque Corine de Farme, en marques de distributeurs et sur le réseau sélectif.

Partenariats avec la grande distribution

Enfin, la présence historique de grands acteurs de la distribution (Auchan en tête) a permis de développer des partenariats au sein de plusieurs filières.

Outre leur participation à la création de la marque Saveurs en Or, ils soutiennent depuis douze ans le concours Food Creativ, qui valorise l’innovation et dont les lauréats sont mis en avant au Sial. « Une étude sur les finalistes du concours depuis sa création révèle que les entreprises récompensées sont à 92 % des PME. Elles ont un taux de survie de 82 %, contre 75 % en moyenne au plan national. Quelque 60 % des produits lauréats sont toujours commercialisés, dont les deux tiers en GSM », souligne Frédérique Martin.

« Un partenariat gagnant-­gagnant que nous développons aussi depuis seize ans dans nos salons de fournisseurs régionaux organisés à la centrale d’achats d’Auchan. Cette année, nous avons accueilli 138 exposants et plus de 400 visiteurs. C’est l’opportunité pour les entreprises de rencontrer des acheteurs et les directeurs de nos 26 hypermarchés et 30 supermarchés régionaux et, pour ces derniers, de découvrir de nombreuses innovations qui feront la différence dans nos linéaires. Car nos clients sont de plus en plus soucieux de soutenir les producteurs et emplois locaux en ayant des garanties supplémentaires de traçabilité et de qualité des produits », conclut Hervé Wallaert, directeur d’Auchan V2 à Villeneuve-d’Ascq et du Salon des fournisseurs régionaux. Un cercle très vertueux !

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA