Ikea dépose un recours en annulation pour réintégrer un collaborateur licencié

MAGALI PICARD |
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Ikea a déposé aujourd'hui un recours en annulation de la décision de la Direction générale du Travail concernant la réintégration d'un délégué syndical licencié.

Balance de la justice

Sa réintégration doit en effet faire suite à la décision de la Direction générale du Travail annulant l'autorisation délivrée par l'Inspection du travail de licencier ce délégué syndical pour des motifs de procédure inhérents aux services de l'Etat.

Un licenciement pourtant autorisé par le Tribunal correctionnel

Ikea rappelle que ce licenciement avait été autorisé en raison de faits de pressions, de menaces et intimidations à l'encontre de plusieurs collaborateurs de l'entreprise. Sur le fond, le Tribunal correctionnel de Pontoise a également condamné ce délégué syndical à six mois de prison avec sursis et 3000 euros d'amende pour harcèlement moral le 8 février 2012, suite à la plainte déposée notamment par un autre délégué syndical.

Craintes au Ikea de Franconville

Le délégué syndical concerné a fait appel de sa condamnation et face à l'émoi suscité au sein du magasin de Franconville (Val-d'Oise) par l'annonce de ce retour, Ikea entend à travers ce recours veiller au respect de ses obligations de préserver la sécurité et la santé de tous ses collaborateurs.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

1 commentaire

Bob 42

26/09/2012 15h58 - Bob 42

IKEA St Etienne : Harcèlement moral sur ma personne durant sept ans
IKEA SAINT-ETIENNE :

Harcèlement notoire sur ma personne, à cause de trois directions qui se sont succédé chez IKEA ST ETIENNE.
Plusieurs cadres qui suivent les directives de ces directions dont le but est de casser, ceux qui ne se mettent pas « au pas » par diverses méthodes.
Contre certains salariés intègres et droit n’absorbant pas leurs politiques perverses, et mêmes ceux qui sont protégés par un syndicat et pour certains le syndicat le mieux combatif pour la défense des salariés (la CGT) qui bien entendu dérange et ne plait pas à l’entreprise.
Durant sept années et ce jusqu'à présent les personnes composant, les directions successives, cadres de département et managers de services, non cesser à s’employer à tout mettre en œuvre sur ma personne, moi salariés Cégétiste intègre qui ne rentre pas dans le moule de leur politiques perverses par :
Des brimades, discrédit de mes compétences, critique exagéré et injuste de mon travail, me disant de démissionner, ceci par ma chef de département avec complicité de la direction.
M’attribuer systématiquement des taches qui ne correspondent pas à mon travail, dont j’ai pourtant signé un contrat avec le métier qui lui correspond.
Me mettre constamment en difficulté par des surcharges de travail constaté par divers collègues, visant à me mettre en faute.
M’isoler de mes collègues de travail en me mettant à l’écart, par un travail qui n’a rien à voir avec mon métier.
En me faisant surveiller par mes chefs directes et d’autres salariés que l’on a achetés.
Convaincre les autres salariés du danger de ma présence au sein de l’entreprise. Bloquant aussi mon évolution de carrière et notamment sur le plan financier.
Abus verbaux, remarques offensives, ridiculisations, tout à été mis en œuvre et ce jusqu'à présent pour me faire craquer, avec durée dans le temps, donc c’est aussi une volonté certaine.
Car depuis six ans je suis un membre actif et droit du CE et des délégués du personnel.
Et ce qui aux bout de toutes ces années de combats et d’endurances mon amené à avoir des problèmes santé et m’a conduit a un « burn out », harcèlement moral professionnel répétitif par épuisement avec durée dans le temps.
J’ai pu me rendre compte avec le temps et grâce à diverse déclarations, dont une du troisième directeur, qu’il me connaissait et notamment pour mes actions envers la deuxième direction, diverses affaires dont certaines aboutissant au Prud’homme, dès que je me présente à lui.
Car nous savons tous, mais seul les courageux l’avouent, que chez IKEA et d’autant plus à ST ETIENNE des dossiers secrets sont montés a l’insu des salariés.
A l’heure d’aujourd’hui où les choses commencent à se découvrir chez IKEA France, la nouvelle direction générale donne toute les instructions aux autres magasins, pour faire son mea-culpa et pouvoir redorer le blason par un « code de conduite ».
J’espère que ce « code de conduite » donnera plus d’humanité à toutes les directions et tout le personnel encadrant de tous les magasins de France, le pays normalement des droits de l’homme, et donnera un exemple pour les autres entreprises diverses.
Seul l’avenir pourra me faire dire et écrire que ce « code » a produit un changement, mais pour l’instant envers ma personne ça n’est pas le cas.

Bob 42 robert kubicki

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA