Marchés

L’observatoire PME-Grande distribution dévoile ses premiers résultats

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La Feef et la FCD se dotent d’un observatoire dont les premiers résultats ont été dévoilés ce jeudi 15 décembre 2016. Principal enseignement : les marques des PME et TPE continuent de contribuer fortement à la croissance des GMS, mais le recul des MDD constitue cependant un facteur de déstabilisation pour ces entreprises.

Jacques Creyssel, délégué général de la FCD
Jacques Creyssel, délégué général de la FCD© © LAETITIA DUARTE

Indispensables marques de PME ! C’est ce que laissent penser les premiers résultats dévoilés ce jeudi 15 novembre 2015 de l’observatoire PME-Grande distribution. Présents dans les salons de l’hôtel Mariott sur les Champs Elysées, Jacques Creyssel, le délégué général de la FCD et Dominique Amirault, président de la FEEF, sont volontiers revenus sur les relations constructives développées depuis ces dernières années par les distributeurs et les industriels. Après la mise en place d’un observatoire des prix et marges, la mise au point d’un guide des bonnes pratiques et la déclinaison  d’accords entre distributeurs et industriels, l’observatoire PME-Grande distribution constitue en quelque sorte le troisième étage de la fusée.

Indispensables à la croissance

Une première tentative du même genre avait eu lieu en 2008-2009 et était restée sans suite. Cette fois, les représentants des deux fédérations ont assuré que cet observatoire publierait ses travaux tous les deux ans. Un travail complexe qui repose sur la bonne volonté des enseignes à transmettre leurs données. L’observatoire s’est attaché à l’élaboration d’indicateurs communs relatifs au rôle des PME dans l’offre GMS. Pour cette première édition, une analyse spécifique a été réalisée sur les marques nationales et marques de distributeur, avec une segmentation fournisseur PME, TPE, ETI et groupes.

Des travaux menés par Nielsen, il ressort en premier lieu que les marques des TPE, ETI et PME sont indispensables à la croissance des GMS. En 2014, elles contribuaient à 60% de la croissance des GMS, en 2015 à 66% et si on considère une période encore plus récente (P10 2016), elles pèsent 84%. Une tendance qui s’accélère, portée par le développement de l’offre en magasin.  De fait, 70% à 75% des références fournies par les TPE, PME et ETI françaises sont des produits milieu et haut de gamme. Ces entreprises représentent 57% de l’offre bio. Autre enseignement : au cours de la période 2008-2015, le nombre de petits fournisseurs a fortement augmenté, provoquant logiquement une baisse du nombre de produits par fabricant. « Pour les distributeurs, cette évolution a conduit à un renforcement de la diversification de l’offre », analyse Vincent Cornu, directeur du département distribution chez Nielsen.

Le bio et le premium

Alors que 75% des produits MDD sont fabriqués par des entreprises françaises et que les TPE, ETI et PME sont le premier fournisseur des MDD, le recul des marques propres constitue un point noir pour ces entreprises. Selon Nielsen, les MDD premium et bio constituent assurément un levier de croissance pour les entreprises. Celles-ci représentent 67% du chiffre d’affaires de la MDD prémium contre 60% pour la MDD standard.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA