La filière brassicole reste dynamique.... malgrè le poids de la conjoncture

SYLVIE LEBOULENGER |
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les Brasseurs de France tenaient aujourd’hui leur assemblée générale. L’occasion de rappeler les faits marquants de l’année dans ce secteur qui reste dynamique malgré une conjoncture marquée par la hausse du prix des matières premières, un pouvoir d’achat des Français en berne, des fermetures de bars et une météo particulièrement capricieuse. La filière brassicole française  emploie 3600 salariés et a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros. « Ce chiffre d’affaires ne progresse pas alors que les coûts de revient – matières premières, énergie, taxes – augmentent », a commenté Pascal Chevremont, le délégué général de l’Association des Brasseurs de France (ABF).

Les motifs de satisfaction du secteur ? Un circuit alimentaire, surtout les hypermarchés et supermarchés, dynamique avec des ventes en hausse de 3,5% en 2011. « Cette hausse est liée à l’activation du rayon, aux actions merchandising des acteurs en partenariat avec les distributeurs ainsi qu’à une forte politique d’innovation », a poursuivi Pascal Chevremont.  Ensuite, le phénomène de création de micro-brasseries continue avec quelques 50 créations en 2011. « Nous avons recensé 400 brasseries, indique Gérard Laloi, président d’ABV. Quel profession peut dire qu’elle a créé 300 entreprises en moins de quinze ans ? ». Et puis, la France peut aussi s’enorgueillir d’être le premier exportateur mondial de malt et le deuxième exportateur d’orge de brasserie.

L’ABV poursuit son travail de promotion de la filière en organisant du 22 au 24 juin, tout un week-end de portes ouvertes dans environ 150 brasseries. Cet évènement baptisé la Moisson des Brasseurs en est à sa deuxième édition. Cette association valorise aussi la consommation de bières lors des repas en promouvant notamment des associations originales comme les sushis et les bières de printemps ou le chocolat avec les bières de Noël.  Pour les années à venir, Gérard Laloi a noté trois enjeux : la qualité du tirage pression dans les bars, la question du recyclage des emballages et la poursuite d’une politique cohérente en matière de consommation responsable.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA