La Fnac stabilise son chiffre d'affaires et améliore ses résultats

JEAN-NOËL CAUSSIL |
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Si la Fnac voit son chiffre d'affaires très légèrement reculer en 2015, le résultat opérationnel courant comme le résultat net s'affichent, eux, en nette progression.

Alexandre Bompard, Pdg de la Fnac, dont le groupe a réalisé, en 2015, un chiffre d'affaires de 3,876 milliards d'euros.
Alexandre Bompard, Pdg de la Fnac, dont le groupe a réalisé, en 2015, un chiffre d'affaires de 3,876 milliards d'euros.

Pour la Fnac, pas de chiffre d’affaires en croissance depuis… 2010. Un sacré bail qu’Alexandre Bompard, Pdg de la Fnac, comme en 2014, ne pourra pas complètement annoncer comme interrompu, demain, jeudi 18 février 2016, à l’occasion de la présentation des résultats annuels 2015.

Le groupe a en effet vu ses ventes très légèrement baisser de 0,5% en 2015, à 3,876 milliards d’euros. Trois chiffres après la virgule, oui… Une nécessité, en vérité, pour se rendre compte de la variation : c’était 3,895 milliards en 2014 soit, donc, l’année dernière, à peine 19 millions d’euros de perdus.

Pas grand-chose, certes, mais des millions perdus, néanmoins. Et, qui plus est, cette année, à la différence de 2014, l’évolution en comparable ne vient pas rebasculer les chiffres dans le vert : les ventes baissent de 0,6% à magasins comparables.

Un chiffre d'affaires ne fait pas un résultat : sur ce dernier point c'est nettement mieux

Ceci étant dit, cette quasi stabilité du chiffre d’affaires au global ne doit pas effacer qu’en France, pays où le groupe réalise 72% de ses ventes, les indicateurs sont, eux, bien orientés : le chiffre d’affaires s’établit à 2,784 milliards d’euros, en progression à la fois « en publié » (+0,4%) et à magasins comparables (+0,7%).

Et puis, surtout, un chiffre d’affaires n’a jamais fait un résultat. Sur ce plan-là, les choses vont plutôt pas mal du tout pour la Fnac. Le résultat opérationnel courant (ROC) bondit ainsi de 10,2%, à 85 millions d’euros, revenant ainsi au niveau atteint en 2011. Cela fait maintenant trois années consécutives que la Fnac, sur cet élément si important, progresse. C’est toujours un signe évocateur quant à la santé d’une entreprise. Les performances réalisées en France y sont pour beaucoup avec 53,2 millions de ROC, contre 47,5 millions un an plus tôt. Soit une hausse de 12%. Si l’on descend un peu dans la ligne de compte, tout va bien aussi, avec un résultat net lui aussi en croissance : +16,7%, à 48 millions d’euros, contre 41 millions en 2014.

Des diversifications porteuses en magasins

Ces évolutions « financières », ROC et résultat net, sont évidemment le résultat de ce qu’il se passe en magasins. La Fnac en compte exactement 199 à fin 2014, dont 124 en France. C’est 15 de plus qu’en 2014, et cela indique une légère augmentation du rythme des ouvertures : 15 l’année dernière, contre 11 l’année précédente.

Dans ces boutiques, les nouvelles familles de produits depuis quelques années (téléphonie, jeux/jouets, papeterie, maison/design, objets connectés) continuent de porter leurs fruits : elles pèsent en 2015 15% du chiffre d’affaires, contre 11% en 2014 et 6% en 2013.

Mêmes éléments de dynamisme avec le net : « les ventes omnicanales ont représenté 46% des commandes internet de Fnac.com en 2015 contre 35% en 2014 », avance le groupe Fnac. De plus, le développement des marketplaces s’est poursuivi à un rythme soutenu, représentant désormais « près de 20% du volume d’affaires internet en 2015 ». Une proportion qui devrait croître encore en 2016 puisqu’après le lancement d’une offre sport sur sa place de marché, la Fnac annonce en effet vouloir « poursuivre ses initiatives de diversification en 2016. »

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA