La France accroît encore son retard sur le m-commerce

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

INFOGRAPHIE Selon une étude RetailMeNot*, le m-commerce va encore accélérer en France pour atteindre 14% du e-commerce. Mais moins rapidement que dans le reste du monde…

Ce sont des chiffres à prendre avec des pincettes, mais ils donnent une idée du retard pris par les Français sur leurs voisins européens et cousins américains dans le domaine du m-commerce. Selon l’étude de RetailMeNot, "en 2013, les consommateurs américains ont effectué 14% de leurs achats en ligne sur un smartphone ou une tablette, pour une valeur totale de 27 milliards d’euros, contre seulement 8% en Europe (12,6 milliards d’euros)". Une proportion qui devrait encore cette année "puisque les achats sur mobiles devraient respectivement représenter 20% (Etats-Unis) et 13% (Europe) des ventes en ligne pour atteindre 44,6 milliards d’euros (Etats-Unis) et 23,4 milliards d’euros en Europe".

Autres chiffres aggravant le retard de la France:

- L’Hexagone représente le deuxième pays en Europe, après la Pologne, où le trafic provient encore en très grande majorité (92%) d’un ordinateur.

- Au cours des trois derniers mois, la France n’a compté que 12% de possesseurs de smartphones ayant visité une boutique en ligne. Ils sont 28% en Grande-Bretagne et 27% en Allemagne.

Tous les détails de cette étude résumés dans cette infographie:

*Ce rapport indépendant sur le commerce en ligne depuis 2012 et ses perspectives d’avenir en Europe et aux États-Unis jusqu’en 2015, est publié par RetailMeNot en collaboration avec le partenaire Centre for Retail Research(CRR) basé à Nottingham, Royaume-Uni. Les marchés européens couverts par cette étude sont la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Royaume-Uni et la Suède.

L’étude compare les ventes dans chaque pays sur la base des mêmes critères. La définition de « vente de détail » dans ce rapport tient compte des ventes réalisées auprès du consommateur final en magasin ou sur Internet et exclut les catégories billets, vacances, assurances, services financiers, voitures, et la restauration.

Les données provenant des sources suivantes ont été utilisées pour établir ces prévisions sur les tendances de consommation : statistiques du gouvernement et des analystes, prospections téléphoniques avec plus de 100 marchands de tous secteurs d’activité (représentant plus de 20% de la vente de détail du marché) et sondage auprès de 1000 consommateurs dans chacun des 9 pays.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA