La méthode de Wal-Mart pour rattraper Amazon sur l’e-commerce

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La guerre entre les deux distributeurs américains va encore s’intensifier. C’est Neil Ashe, directeur de l’e-commerce de Walmart qui l’explique avec, en point de mire, des investissements logistiques et des opérations cross-canal qui vont se densifier dans les deux prochaines années.

La création d'entrepôts dédiés à l'e-commerce est le principal atout de Wal-Mart pour rattraper son retard sur Amazon.
La création d'entrepôts dédiés à l'e-commerce est le principal atout de Wal-Mart pour rattraper son retard sur Amazon.

Pour Wal-Mart, numéro un mondial de la distribution, Amazon est un ennemi. Clair et identifié, l’e-commerçant taille dans le chiffre d’affaires et occupe le terrain médiatique avec des annonces chocs comme la livraison par drone, et des projets futuristes comme l’envoi des produits avant leur achat grâce à un logiciel de prédiction.

Renforcé depuis l’année dernière avec une feuille de route visant à reconquérir le territoire du commerce électronique, Wal-Mart précise ses plans par la voix de Neil Ashe, rencontré par un journaliste du Wall Street Journal, dans les allées du forum économique de Davos en Suisse. Et là, pas de de cadeau: "Wal-Mart incarnait l’internet avant que l’internet ne se développe, frappe d’entrée Neil Ashe. Pour survivre sur internet, des valeurs, de l’accessibilité, de la transparence et de l’efficacité sont requises. Et notre entreprise est alignée avec cela, ce qui est phase avec la demande des consommateurs." Voilà pour posture historique !

Des entrepôts dédiés

Plus concrètement, c’est par la construction d’entrepôts dédiés à l’e-commerce que Wal-Mart veut regagner des parts de marché et contre-attaquer son jeune confrère. "D’ici à deux ans, nous serons capables d’afficher un assortiment de produit et une capacité de livraison aussi rapide qu’Amazon." Plusieurs entrepôts sont annoncés pour les mois à venir, dont un à Leihgh Valley en Pennsylvanie. Un autre vient d’ouvrir à Forth Worth au Texas, talonnant ainsi son rival.

Développer le cross-canal

Neil Ashe insiste sur l’importance de ce déploiement pour l’enseigne leader: "Ceci n’est pas un projet à part. C’est le cadre dans lequel servirons nos clients à l’avenir." Avant d’afficher son ambition et la confiance du modèle complémentaire de boutiques en lignes et physiques en citant l’exemple récent d’une promotion sur une télévision LED. La promo était affichée sur le site Walmart.com pendant Black Friday, et les clients avaient la possibilité de le retirer après achat dans un magasin. Une opération qui a permis à Wal-Mart d’écouler un million d’unité de ce poste télé, tout en provoquant un trafic important vers ses magasins, et donc des ventes additionnelles. "L’objectif est bien de faire travailler toutes ces unités ensembles", résume le patron e-commerce.

Reste à déterminer si Amazon pourra, à long terme, encore se passer de point de vente physique pour gagner en rentabilité et croître de manière aussi spectaculaire que ces 4 dernières années où l’entreprise de Jeff Bezos a doublé son chiffre d’affaires pour arriver à 61 milliards de dollars fin 2012.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Carnet des décideurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA