La musique par abonnement en plein boom

Publié le par

Fnac jukebox

Les revenus issus du streaming et des abonnements (Spotify, Deezer...) ont augmenté de 51,3% dépassant le milliard de dollars en 2013 dans le monde

La Fnac a-t-elle eu raison de lancer son service de musique en streaming Jukebox? Si elle l'a peut-être fait trop tard, au moins elle est désormais présente sur ce segment porteur. Le Syndicat National d'Edition Phonographique (Snep) vient de communiquer le rapport annuel de l'IFPI sur la musique. La croissance du streaming en est évidemment le fait saillant.

Le développement de la consommation de musique via les services de streaming et d’abonnement a largement contribué à la croissance des principaux marchés de musique en 2013 avec une hausse des revenus numériques de 4,3% dans le monde, et un retour à des résultats positifs en Europe pour la première fois depuis dix ans.

Le retour de la croissance en Europe

Le marché américain de la musique enregistrée poursuit sa stabilisation, avec une progression de 0,8% de son chiffre d’affaires et une forte hausse du streaming. Après 12 ans de baisse, l’Europe a renoué avec la croissance sur ses cinq principaux marchés : France, Allemagne, Italie, Pays-Bas et Grande Bretagne. L’Amérique latine connait une hausse de 1,4% avec un développement du marché numérique qui permet de compenser la baisse des ventes physiques.

Le Digital Music Report de l’IFPI publié aujourd’hui, montre l’évolution du marché mondial de la musique enregistrée qui offre désormais au consommateur une très large palette d’offres de musique en ligne.

Les revenus issus du streaming et des abonnements ont augmenté de 51,3% dépassant le milliard de dollars. Malgré cette tendance positive sur de nombreux marchés, le chiffre d’affaires mondial de la musique, soit 15 milliards de dollars, a baissé de 3,9% en 2013.

Un résultat essentiellement dû à l’impact de la chute de 16,7% du marché japonais, qui représente plus d'un cinquième du CA mondial.
En 2013, le marché mondial de la musique enregistrée (hors Japon) est globalement stable en valeur avec un résultat de -0,1%.

« Même en tenant compte de la situation difficile du Japon, l’industrie mondiale de la musique enregistrée est désormais dans une phase positive de développement. le chiffre d’affaires des principaux marchés est revenu à la croissance. Les services de streaming et d’abonnement se développent. Les consommateurs ont un choix de plus en plus large entre les différents services et plateformes disponibles. La musique numérique est clairement entrée dans une nouvelle ère, au moment où les maisons de disques, après avoir donné en licence leurs catalogues à des services dans le monde entier, commencent à présent à développer l’énorme potentiel des marchés émergents », explique Frances Moore, directrice générale de l’IFPI.

La percée du streaming et des abonnements

Le marché numérique a continué de se diversifier avec les revenus des services tels Deezer et Spotify, en augmentation de 51,3% et dépassant la barre du milliard de dollars en 2013.

Le chiffre d’affaires mondial du streaming représente maintenant 27% des revenus numériques (14% en 2011).
On estime à plus de 28 millions dans le monde le nombre de personnes payant désormais pour un abonnement à un service de musique (20 Millions en 2012 et 8 Millions en 2010).

Les maisons de disques continuent de multiplier leurs accords avec de nouveaux services, dont Beats et iTunes Radio, récemment lancés aux USA. Elles comptent sur une expansion rapide de ces services dans le monde entier.
On compte aujourd’hui environ 450 services de streaming dans le monde, certains internationaux, comme Spotify, qui s’est développé dans 38 territoires en 2013, Deezer, Google Play, et des services régionaux comme Muve (USA) et KKBox (Asie).

Le téléchargement et les ventes physiques occupent encore une place majeure dans les ventes de musique. Les ventes issues du téléchargement à l’acte restent un revenu essentiel, soit 2/3 des revenus numériques (67%). Elles sont à l’origine de la croissance du numérique dans des marchés en développement, comme Hong Kong, les Philippines, la Slovaquie et l’Afrique du Sud.
A l’échelle mondiale, les revenus du téléchargement ont légèrement baissé en valeur (-2,1%), mais ont été compensés par la hausse des revenus du streaming et des abonnements.


Les ventes physiques représentent encore une part substantielle du chiffre d’affaires de la musique enregistrée dans de nombreux marchés clés. Elles réalisent plus de la moitié (51,4%) des revenus de l’industrie, contre 56% en 2012. Malgré cette baisse de 11,8% en 2013, leur déclin s’est ralenti en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne et aux USA. Elles ont même connu une légère progression en France (+0,8%).
Si les ventes de vinyles restent marginales dans le chiffre d’affaires de la musique, elles ont néanmoins augmenté de manière significative ces dernières années sur certains grands marchés : + 32% aux USA (Nielsen Soundscan), +101% en Grande-Bretagne (BPI).

Nos évènements

Recevez la Newsletter mensuelle LSA CAMPUS

    Inscrivez-vous

    >> Vous êtes Enseignant

    >> Vous êtes Etudiant

 

 

Suivre Lsa Conso

  • Twitter
  • Facebook
  • Viadeo
  • RSS
  • mobile

Lsa expert

LSA Expert, l’outil de recherche web dans la base des magasins, centrales et centres commerciaux, mise à jour en continu... Accédez au service

Lsa expert

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Recevez nos newsletters Abonnez-vous Connectez-vous