La salle de bains s'ouvre aux changements

Publié le par

|

|

|

|

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Cette pièce très technique quitte peu à peu son image austère et hygiénique pour devenir un lieu que l'on cherche à transformer en espace de bien-être.

« La salle de bains n'a pas encore fait sa mue, mais elle évolue. » Jean-Philippe Arnoux, directeur marketing de Lapeyre, porte un regard plutôt optimiste et plein d'espoir sur ce lieu qui, s'il est loin d'être le préféré des Français, n'en est pas moins important. En témoigne l'intérêt porté par les presque 88 000 visiteurs du salon Idéobain, qui s'est tenu pour sa sixième édition du 7 au 12 février à Paris, porte de Versailles. L'occasion de vérifier que le lieu se transforme, et rattrape peu à peu son retard par rapport aux autres pièces de la maison. Selon l'étude « La salle de bains des Français » de l'IPEA (juin 2010), un quart des personnes interrogées envisagent de rénover leur salle de bains, majoritairement dans les trois ans à venir. « Cette pièce est encore trop considérée comme un lieu technique, et pas assez comme un espace fonctionnel, ou mieux, un lieu de bien-être, constate Jean-Philippe Arnoux. À nous, distributeurs, industriels, de proposer aux clients des solutions pour le faire évoluer, leur en donner une autre image, et rendre accessible au plus grand nombre les solutions qui se développent. »

Chiffres

  • 62% et 75% La part d'hommes et de femmes déclarant se laver chaque jour
  • 46 mn Le temps passé en moyenne par jour dans la salle de bains
  • 1 497 M€ Le poids du marché de la salle de bains, en 2010, (+1% par rapport à 2009)

Source : « Domovision 2012 - Au bain !, design et architecture d'intérieur », VIA édition

« Expériences sensorielles »

Parmi les pistes pour transformer la salle de bains en « salle de bien », le designer Cédric Martineaud propose d'abord de changer de paradigme, en envisageant le lieu comme « un espace permettant un retour sur soi-même, et non plus seulement lié à l'hygiène. Il faut le rendre beau, confortable. Pour cela, il est possible de jouer avec les couleurs, les matériaux, dont le toucher doit être agréable et provoquer une émotion ». Un sentiment partagé par Andreas Dornbracht, le dirigeant de la société allemande du même nom de robinetterie et d'accessoires de salle de bains. « Rituel, intimité, soin, sont quelques-uns des termes importants qui guident notre démarche. L'innovation, les nouvelles technologies nous permettent de proposer des solutions pour apporter au consommateur des expériences sensorielles. » La marque a par exemple lancé une douche horizontale pilotée par un système offrant trois scénarios (balancing, energizing, destressing).

La salle de bains est l'un des derniers bastions du logement où l'on dispose d'intimité, où l'on peut se retrouver face à soi-même.

CÉDRIC MARTINEAUD, designer

 

Des enjeux variés

Parmi les sujets d'investigation, gestion de l'eau et écoconception font partie des axes de travail des acteurs du marché. En robinetterie par exemple, tous les fabricants (Grohe, Hansgrohe, Jacob Delafon, Ideal Standard...) proposent des modèles à économie d'eau (mousseurs, aérateurs), voire à déclenchement automatique, pour ne pas gaspiller. Les réservoirs des toilettes ont vu leur consommation divisée par deux. De nouvelles solutions apparaissent, comme les douches à recyclage (Jedo), sans perdre en confort. « Mais des efforts sont aussi à faire du côté des consommateurs, qui doivent mieux appréhender ces thèmes », rappelle Jean-François Arnoux. Le mobilier est de plus en plus écoconçu, avec des bois certifiés (FSC ou PEFC), ou encore fait appel à des matériaux recyclés et recyclables.

Autre thème porteur, la personnalisation. La multiplication des matériaux, des finitions et des coloris rend les possibilités presque infinies. Alors que, jusqu'ici, l'offre n'était souvent qu'une adaptation du mobilier de cuisine, les fabricants commencent à développer des solutions spécifiques et sur mesure, en tenant réellement compte des habitudes de vie, pour que chacun puisse concevoir un espace à sa façon. Pourtant, la salle de bains reste encore une pièce très technique, majoritairement petite (4 m² en moyenne en appartement, 8 m² en maison individuelle) et au coût d'équipement important au mètre carré. Des notions sur lesquelles il conviendrait aussi de travailler.

L'ouverture sur la chambre

  • C'est sans doute la tendance la plus en vogue actuellement. Tout comme la cuisine s'est ouverte sur le reste du logement, la salle de bains tend à faire de même, notamment pour agrandir le champ d'activités ou les répartir différemment. Mais si les magazines et l'imagerie développée par les fabricants en usent et abusent, inspirés par le secteur de l'hôtellerie qui utilise largement cet agencement, le particulier, lui, continue d'en rêver sans beaucoup passer à l'acte. Force est d'avouer qu'ouvrir la salle de bains sur la chambre implique d'accepter le partage de l'intimité, et impose de trouver des réponses à des problématiques de bruit, de gestion des évacuations, d'humidité...

Le high-tech arrive en force

  • Écrans de télévision et enceintes dissimulés dans des miroirs, robinetterie à déclenchement tactile ou sans contact, système domotique intégré pour piloter diverses activités du logement, éclairage intelligent, commandes vocales, la salle de bains devient un lieu d'expérimentation des nouvelles technologies, ou accueille celles utilisées dans le reste du logement. Le développement des nouvelles technologies à la maison et au quotidien, dont les smartphones sont devenus l'emblème, incite la salle de bains à devenir high-tech.

 

Le rangement fait sa révolution

  • Si le meuble sous vasque reste un incontournable, et le pilier de l'agencement de la salle de bains, celle-ci voit apparaître de nouvelles propositions. Les colonnes de rangement se multiplient, et prennent de l'ampleur, pour devenir de véritables armoires. Les meubles se dotent de tiroirs, plus pratiques pour accéder aux produits stockés. Enfin, le rangement trouve place en tout lieu : autour de la baignoire, dans la douche, dans l'épaisseur du mur avec le mobilier encastré...

 

L'ergonomie ou l'adaptation à l'utilisateur

  • Faciliter l'accès de la salle de bains à tous, qu'il s'agisse des seniors ou des personnes à mobilité réduite, en faire un espace qui s'adapte aux usagers et non l'inverse est une problématique de fond. Au-delà de l'offre répondant aux obligations de la PMR, la salle de bains change, y compris dans le design des produits, d'une facture moins connotée « hospitalière ». Autre exemple, dans le secteur de la robinetterie, les mitigeurs sont aujourd'hui proposés à hauteur variable pour s'adapter à l'usage quotidien, comme le lavage des cheveux. Les douches commencent à se doter d'assises.

 

Nos évènements

Article extrait du magazine N° 2221

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Recevez la Newsletter mensuelle LSA CAMPUS

    Inscrivez-vous

    >> Vous êtes Enseignant

    >> Vous êtes Etudiant

 

 

Suivre Lsa Conso

  • Twitter
  • Facebook
  • Viadeo
  • RSS
  • mobile

Lsa expert

LSA Expert, l’outil de recherche web dans la base des magasins, centrales et centres commerciaux, mise à jour en continu... Accédez au service

Lsa expert

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Recevez nos newsletters Abonnez-vous Connectez-vous