Le m-commerce ou l’épaisseur du trait des courbes...

FRÉDÉRIC BIANCHI |
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

On le sait il y a parfois des différences importantes entre la médiatisation et le business. C’est d’autant plus vrai avec tout ce qui concerne internet et encore plus avec l’internet mobile.

Un seul exemple pour en juger: le m-commerce. Rarement concept marketing aura été autant médiatisé, débattu, expliqué, analysé... “L’avenir du commerce”, “le showrooming”, “l’hégémonie d’Amazon”... Le m-commerce serait l’alpha et l’oméga du commerce. C’est que les chiffres doivent être stratosphériques pour susciter un tel enthousiasme! Le problème c’est que sur les courbes, on a bien du mal à distinguer le m-commerce du e-commerce tant il n’est pas plus épais que le trait du crayon...

Pas une révolution

En effet, selon une étude de Forrester, il a représenté 8 milliards de dollars en 2012 contre 218 milliards pour le e-commerce et... 2.929 milliards de dollars pour le commerce traditionnel! Certes le m-commerce progresse fortement (de 129% contre respectivement 12 et 6% pour les deux autres). Mais à ce rythme-là il lui faudrait 28 ans pour rattraper le e-commerce et près de 400 ans pour le commerce traditionnel. Bref pas demain la veille, d’autant que le rythme de croissance à trois chiffres va ralentir avec une croissance soutenue certes d’ici 2016 mais qui ne devrait lui permettre “seulement” d’atteindre les 27 milliards de dollars de chiffre d’affaires aux Etats-Unis d’ici trois ans. Il représentera alors 0,7% des achats des Américains. Pas négligeable mais loin d’être la révolution non plus.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA