Le paiement mobile s’invite dans les pop-up stores

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

PUBLI-RÉDACTIONNEL Payer avec son mobile, c’est également possible en boutique éphémère. Pour les professionnels qui n’ont pas les moyens d’investir dans des terminaux de paiement (TPE) complexes, c’est même une solution facile d’utilisation, permettant de se constituer une première base de clients. Un atout à tout point de vue.

©Vanessa Buhrig

En tant que jeune créateur ne disposant pas de boutique physique, il est parfois difficile d’organiser des ventes. Avec le paiement mobile, l’écueil du règlement est d’ores et déjà résolu. « La plupart des créateurs qui débutent n’ont pas de structure de paiement définitive : pas de logiciel de caisse, ni de terminal de paiement par carte bancaire, ces systèmes étant assez coûteux. Or, ces professionnels ne travaillent au départ qu’avec des boutiques éphémères. Ils ne peuvent donc pas se permettre d’investir dans un matériel de paiement complexe », développe Tiffany Colas, responsable de l’équipe Trade chez Fivory, solution de paiement mobile. De même, vendre via des pop-up stores ou boutiques éphémères suppose un besoin de mobilité et un TPE devient vite contraignant à transporter. « Jusqu’à maintenant, les jeunes créateurs s’en sont passé, privilégiant les paiements par chèques ou espèces sur leurs événements. Or, ils passent à côté d’un grand nombre de ventes : non seulement les clients risquent ne pas avoir ce type de paiement sur eux, mais les montants des achats sont restreints. Il est plutôt rare de voir des clients se déplacer avec plus de 100 euros en liquide… », poursuit Tiffany Colas. 

Un besoin de mobilité dans les pop-up stores

La solution Fivory est un gage de praticité : grâce à un smartphone ou une tablette, les commerçants participant à des évènements éphémères peuvent encaisser en flashant le QR code affiché directement sur le smartphone de leurs clients. Pas besoin de matériel supplémentaire, ils peuvent même télécharger l’application sur leur propre smartphone et ainsi le transformer en équipement d’encaissement. Dans tous les cas, ils conservent l’appareil d’une vente à l’autre et sont ainsi complètement autonomes pour encaisser leurs ventes par carte bancaire. Une souplesse qu’apprécie grandement Anne-Sophie Filippo de La Frange à l’envers  : « C’est une solution de paiement mobile adoptée par tous, aussi bien par nos clientes qui téléchargent rapidement l’application Fivory puis paient avec, et par nous-mêmes car nous n’avons pas de terminal de carte bancaire. Cette solution est utilisable d’un événement à l’autre : elle permet de créer des ventes connectées, c’est à la fois moderne et ludique. Et si les gens restent sceptiques face au paiement mobile, un animateur Fivory est souvent présent pour les accompagner. »

Une opportunité en or pour créer sa propre communauté

La Frange à L’envers est une jeune entreprise qui propose un service de vide-dressing à domicile, puis qui revend les articles dans des pop-up stores. Elle doit donc passer par des intermédiaires (ceux qui organisent les ventes) et ne sait donc pas qui sont ses clients. Avec l’application de paiement mobile Fivory, Anne-Sophie Filippo peut, en plus, se constituer une communauté de clients avec laquelle interagir. L’application fonctionne comme un réseau social, où La Frange à l’envers peut communiquer sur les prochains événements, des informations sur les articles proposés… « Comme dans un magasin traditionnel, le client qui paie avec son mobile entre automatiquement dans la base de données du professionnel. Ce dernier accède également à des outils pour fidéliser, ce qui représente un véritable enjeu pour les professionnels qui démarrent leur activité. Le premier objectif est de se faire connaître : c’est pour cela qu’ils participent à des boutiques éphémères. Mais il faut aussi fidéliser ses clients, notamment grâce à un programme de fidélité dématérialisé facile à mettre en place dans l’application Fivory », ajoute Tiffany Colas. Le paiement mobile devient, au final, bien moins anonyme que la carte bancaire.

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA