Le plus dur commence pour Sodiaal- Entremont Alliance

Publié le par

|

|

|

|

|

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Un projet d'accord scelle enfin la reprise complète d'Entremont Alliance par Sodiaal. Malgré d'évidentes complémentarités, les difficultés financières et le positionnement d'Entremont Alliance promettent une intégration difficile.

Au terme de un an de tergiversations et de date butoir constamment repoussée, le groupe coopératif Sodiaal va mettre la main sur la totalité d'Entremont Alliance. « Les actionnaires sont parvenus à un projet d'accord sur les modalités de l'opération. Sur ces bases, le processus d'information et de consultation des instances représentatives du personnel pourra être mis en oeuvre rapidement », a précisé Sodiaal dans un communiqué la semaine dernière, quelques jours avant son assemblée générale du 9 juin. Le groupe coopératif, appuyé de bout en bout par les pouvoirs publics, ne s'est pas privé d'adresser une petite pique à Lactalis, également sur les rangs pour la reprise, en ajoutant que « la coopération laitière française s'en trouvera renforcée face à l'industrie laitière privée ». Avec cette intégration, Sodiaal deviendrait le quatrième groupe laitier européen, une taille qui doit permettre de mieux résister à la dérégulation du secteur. La conclusion de l'opération met fin à une longue période de flottement, et permet d'envisager une remise en état d'Entremont, dont les indicateurs financiers sont dans le rouge. L'entreprise accuse un endettement chronique (462 millions d'euros l'an dernier), et des pertes de 22 M € en 2009 pour un chiffre d'affaires d'environ 1,4 milliard d'euros, en recul de 15 %. Très porté sur l'emmental (un fromage surtout vendu sous MDD et confronté à une concurrence française et étrangère féroce), l'industriel peine à valoriser ses produits, et reste dépendant au cours mondiaux pour son activité de produits industriels. Dans ce schéma, seule l'activité de fromages AOC (comté, notamment), minoritaire, se porte bien. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la reprise d'Entremont est conduite depuis le départ sous l'égide du Comité interministériel de restructuration industrielle, émanation de Bercy.

 

« Un business plan a été établi »

Le travail à effectuer va donc être titanesque, mais les synergies et complémentarités sont attractives. Avec le rachat d'Entremont Alliance, qui représente un tiers de la collecte bretonne, Sodiaal met le pied dans une zone laitière d'importance et étend son portefeuille produits en récupérant le leader de l'emmental. À charge pour la coopérative de trouver un modèle économique performant. Dans ce contexte, mieux vaut avoir les reins solides pour absorber une telle entreprise. Or, il est de notoriété publique que les finances ne sont pas le point fort de la filière laitière actuellement. En 2008 (dernières données disponibles), Sodiaal générait un chiffre d'affaires de 2,75 Mrds € pour un résultat net de 37 M €, soit 1,3 % seulement. Contacté par LSA, Sodiaal précise qu'« un business plan a été établi », sans plus de détails. Les interrogations sont donc de mise en ce qui concerne une éventuelle restructuration industrielle, et le devenir des producteurs de lait liés à Entremont Alliance. « L'industrie française de l'emmental a perdu 20 000 tonnes en un an. Si la filière parvient à les récupérer, il n'y aura pas besoin de restructurer, car il n'y a pas de problème de surcapacité. Si on réussit à revaloriser ce produit, Entremont peut être une belle société », estime un spécialiste du secteur laitier.

 

 La revalorisation, enjeu principal

Pour relancer la machine, Sodiaal s'appuiera certainement sur sa nouvelle complémentarité de gamme et son poids renforcé face aux distributeurs, mais d'autres leviers devront être actionnés, notamment pour redonner ses lettres de noblesse à un fromage dévalorisé. L'apposition du logo « éleveurs laitiers de France » (poussé par Sodiaal sur le lait de consommation) est une piste, comme peut l'être la communication, un vecteur peu exploité compte tenu de la banalisation du produit.

Quel que soit le chemin emprunté, Sodiaal va devoir se retrousser les manches pour réussir cette intégration. Par ricochet, le déblocage de la situation d'Entremont Alliance pourrait également signifier l'évolution du dossier Yoplait. Sodiaal, qui possède 50 % de sa filiale Yoplait, souhaite depuis longtemps reprendre les 50 % en possession du fonds PAI Partners. Mais la coopérative dispose-t-elle dorénavant des fonds suffisants ?

Les enjeux

Pour Sodiaal, acquérir une taille critique face à la concurrence européenne de plus en plus concentrée.

Pour Entremont, être adossé à un grand groupe, et tenter de relancer une activité emmental dévalorisée.

Les modalités du rachat

Sodiaal est en passe de racheter la totalité d'Unifem, structure qui détient 100 % d'Entremont Alliance, pour un montant non précisé. La compagnie nationale à portefeuille (CNP), du financier belge Albert Frère, détient 64 % des parts d'Unifem, et recevrait, selon le Figaro, 10 M € en cash, assortis de 15 M € d'obligations remboursables en actions (ORA) pour céder ses parts. La coopérative laitière Unicopa détient 33 % d'Unifem, et les fonds Agroinvest et Unigrains 3 %. Les créanciers d'Entremont Alliance abandonneraient, eux, environ 70 M € de créances, un montant équivalent étant converti en ORA d'ici à dix ans.

La nouvelle dimension de SODIAAL

(en intégrant l'activité d'Entremont Alliance)

- Chiffre d'affaires supérieur à 4 Mrds € (4e groupe laitier européen, 2e français en termes de collecte)

- Plus de 5 milliards de litres de lait collectés

- 7 500 salariés

- Une soixantaine d'usines en France

Nos évènements

Article extrait du magazine N° 2141

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Suivre Lsa Conso

  • Twitter
  • Facebook
  • Viadeo
  • RSS
  • mobile

Lsa expert

LSA Expert, l’outil de recherche web dans la base des magasins, centrales et centres commerciaux, mise à jour en continu... Accédez au service

Lsa expert
Recevez nos newsletters Abonnez-vous Connectez-vous