Marchés

Les comptes de Financière Turenne Lafayette étaient truqués depuis plusieurs années

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Moins de deux semaines après le décès, le 2décembre 2016, de Monique Piffaut, unique actionnaire de Financière Turenne Lafayette, le premier audit diligenté sur la situation économique et financière du groupe qui détient notamment William Saurin, Madrange et Garbit, fait état d’une présentation truquée des comptes depuis plusieurs années. La justice a été saisie du dossier.

Monique Piffaut, unique actionnaire de Financière Turenne Lafayette est décédée le é décembre 2016
Monique Piffaut, unique actionnaire de Financière Turenne Lafayette est décédée le é décembre 2016© DR

Il y a des baptêmes de feu dont on se passerait. Après le décès de Monique Piffaut le 2 décembre 2016, actionnaire unique de Financière Turenne Lafayette, la tâche qui attend Eric le Gouvello, nommé à la présidence  du groupe le 7 décembre 2016, n’est assurément pas simple. Agé de 67 ans, ce spécialiste du conseil en stratégie va devoir composer avec les premières conclusions de l’audit diligenté sur la situation économique et financière du groupe.

Selon un communiqué de Financière Turenne Lafayette diffusé ce mercredi 14 décembre 2016, « les premières constatations laissent apparaitre une présentation trompeuse des comptes depuis plusieurs années, dans un contexte très dégradé pour la filière agroalimentaire en général et pour certaines filiales du groupe en particulier ».

Le groupe qui compte 21 sites industriels est présent sur le marché de la charcuterie, des plats cuisinés et des produits traiteurs frais à travers ses différentes marques et notamment William Saurin et Madrange.

 « La nouvelle direction se mobilise pour rechercher les voies et moyens d’assurer la poursuite des activités et conserver les emplois des entreprises du Groupe, dans l’objectif d’assurer sa pérennité et de conforter son positionnement stratégique », indique Financière Turenne Lafayette.

 « A ce stade, plusieurs pistes sont envisagées, parmi lesquelles la recherche de nouveaux moyens de financement, y compris au travers de l’ouverture du capital », précise le groupe.

En attendant, la justice a été saisie du dossier pour mener les investigations nécessaires, et déterminer les responsabilités et les causes de ces pratiques.

Dans un communiqué, le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt n’a pas tardé à réagir :  « Face à cette situation, qui représente un risque pour la pérennité du groupe et afin de s’assurer de pouvoir préserver les 3 000 emplois directs et les 1 500 emplois intérimaires et prestataires, l’Etat prendra ses responsabilités pour accompagner la nouvelle direction et les salariés, et se mobilisera (…) pour soutenir l’entreprise dans cette période ».

Une rencontre doit avoir lieu très prochainement avec les syndicats, ainsi que des réunions avec les clients, les fournisseurs et les banques. 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA