Les PME en pleine croissance en grande distribution selon la Feef

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les accords entre la Feef et les enseignes seraient payantes. Les PME de moins de 250 millions de chiffre d’affaires captent les deux tiers de la croissance. Serge Papin (Système U) et Dominique Amirault (Feef) ont commenté ces résultats lors d’une conférence de presse.

Serge Papin (Système U) et Dominique Amirault (Feef) ce mardi 4 octobre à Paris.
Serge Papin (Système U) et Dominique Amirault (Feef) ce mardi 4 octobre à Paris. © Sylvain Aubril

Les chiffres sont clairs. Les PME de moins de 250 millions d’euros sont celles qui semblent tirer le mieux leur épingle du jeu de la relation commerciale. Elles captent 66 % de la croissance en valeur des ventes de PGC, soit aux alentours de 600 millions d’euros de chiffre d’affaires supplémentaire. Et alors que la guerre des prix continue de sévir. Beau résultat, en regard des plus grandes entreprises qui elles, en raison de la déflation et des promotions, arrivent tout juste à se maintenir à flot.

D’où vient ce succès ? D’une offre locale de plus en plus demandée par les consommateurs, et d’un soutien réaffirmé chaque année de la grande distribution vis à vis de ces entreprises, même si les négociations ne sont pas toujours aussi décontractées que le souhaiteraient les industriels. “La destruction de valeur n’est pas inéluctable, la bonne solution, c’est la collaboration avec les enseignes, le pacte PME avec la grande distribution, est un pari gagné”, indiquait Dominique Amirault, lors d’une conférence de presse ce mardi 4 octobre, à la veille du Congrès des négociations commerciales qui se tient à Paris mercredi 5 octobre et où sont attendus plus de 600 acteurs de la négo (industriels, distributeurs, conseils).

Les PME gagnent des parts de marché

Le rapport de forces issu de la LME entre les enseignes et les PME est très inégal, ajoutait  Serge Papin, président de Système U Si nous n’avions pas signé une charte avec la Feef, si les acheteurs, dans les boxes de négociations, appliquaient la loi sans tenir compte de la fragilité de ces entreprises, en exigeant les prix les plus bas, elles connaîtraient les pires difficultés. Ce n’est pas ce que nous voulons”. Le fruit de cette collaboration se compte en monnaie sonnante et trébuchante. Nielsen a relevé que le groupe PME de moins de 250 millions d’euros de chiffre d’affaires est en croissance de 5,4 %, quand les grands groupes n’affichent que +1,1 %, et les MDD baissent de 0,6 %. Du coup, les premières ont gagné 0,8 point de parts de marché quand les secondes perdent 0,1 point.

Les PME entrent en fait dans les catégories en croissance : l’offre locale, les produits bio, les produits premium, les produits à marque de PME. C’est le moteur de la dynamique en rayon. Dominique Amirault et Serge Papin convenaient d’ailleurs que la collaboration fonctionnait bien non par angélisme, mais aussi parce que les deux parties y gagnent, alors que les grandes marques servent de produits d’appel et génèrent des marges faibles. Autre comparaison amusante, le poids des marques de PME en cumulé atteint 18,8 % de parts de marché tous circuits, ce qui correspond au chiffre d’affaires cumulé des huit premiers groupes de produits de grande consommation en grande surface (Coca, L’Oréal, Henkel, Danone...). Et les PME font l’objet d’un traitement différencié lors des négociations commerciales : elles ne passent pas par les grandes alliances à l’achat des enseignes, qui sont créées pour les fournisseurs les plus puissants. “Je rappelle que Système U ne pèse qu’1 % du chiffre d’affaires de Nestlé, d’où la nécessité de notre alliance avec Auchan. Avec quatre acheteurs disposant de 20 % de parts de marché, il n’y a pas de raison que les conditions de vente soient différentes”, précisait Serge Papin. Il demande à ce sujet “plus de transparence”.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA