[Négociations commerciales] Nouvelle réunion autour de Stéphane Le Foll et Emmanuel Macron

Sylvain AUBRIL |
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier Ce vendredi 12 février 2016 dans la soirée, une nouvelle réunion entre fournisseurs et distributeurs sur les négociations commerciales avec Stéphane Le Foll et Emmanuel Macron se tiendra au ministère de l’Agriculture.

Stéphane Le Foll

La rédaction vous conseille

Les négociations commerciales font l’objet d’un suivi attentif du gouvernement. Manuel Valls a reçu les enseignes lundi 8, accompagné de Stéphane Le Foll et Emmanuel Macron, pour leur demander de négocier de manière “responsable”. Ce vendredi 12, de la même semaine, Stéphane et Le Foll et Emmanuel Macron, sans Manuel Valls, reçoivent cette fois le président de l’Ania, Jean-Philippe Girard, Dominique Chargé, pour Coop de France, Jacques Creyssel, pour la FCD et Xavier Beulin, pour la FNSEA, afin de faire un état des lieux des négociations commerciales. Les deux ministres viennent tout juste d’être reconduits dans leur fonctions. Ils n’ont donc pas à prendre connaissance du sujet, ils le connaissent visiblement en détail...

Les distributeurs se sont déjà engagés à tenir compte de la situation de l’élevage, porc, boeuf et lait, ce qui n’empêche pas les actions syndicales des exploitants de se poursuivre. Selon un participant à la réunion de lundi avec Manuel Valls, la totalité de l’entretien a porté sur les filières agricoles, - et accessoirement sur l’enquête de la Commission européenne pour entente sur les prix - mais les négociations commerciales industrie-commerce pour les autres secteurs n’ont pas évoquées.

Les multinationales “ne s’adaptent pas”...

Or, les industriels considèrent que la guerre des prix sévit toujours, et qu’ils en font les frais. Les distributeurs, eux, estiment que “les multinationales ont du mal à s’adapter au nouveau contexte d’après loi Galland, alors qu’elles le font sur les autres marchés européens”, indique un connaisseur sous le manteau. Pour les industriels, il y a des abus, des pressions. Des lettres sont envoyées aux ministères pour les condamner. Ils seraient la cause de plusieurs contrôles diligentés par la DGCRF, chez Carrefour et Casino, les plus récemment cités, mais d’autres ont sans doute eu lieu…

Il devrait être aussi question de l’enveloppe de 100 millions d’euros que la FCD et la FNSEA seraient prêtes à mettre en place techniquement pour la filière porc. C’est le consommateur qui paiera. Il serait question de faire apparaître en pied de facture une somme bien identifiée et correspondant à 11 centimes par kilo de viande. Le modèle a déjà existé pour le poisson et les carcasses de porc,et il ne serait pas susceptible d’être mis en cause par les autorités de la concurrence. Ce serait une sorte de cotisation volontaire obligatoire, qui serait volontaire et obligatoire mais n'aurait pas le nom de cotisation, la CVO étant strictement encadrée par le droit et il y en a déjà un grand nombre pour les produits agricoles. Trop, estime la Cour des comptes.

Négociations commerciales “tripartites”...

Enfin, dernier sujet, la contractualisation et la négociation commerciale “tripartite”, c’est-à-dire en présence de représentants de producteurs, ces derniers s'immisçant dans le dialogue entre le fournisseur et le distributeur. Là, les industriels auraient du mal à accepter le schéma. Le secret des affaires risquerait d’être mis à mal. Et dans le porc, il faudrait même une réunion quadripartite, puisqu’il faudrait tenir compte des charcutiers, qui représentent le gros du volume. Xavier Beulin, président de la FNSEA, insistera-t-il sur cet objectif ? C’est une question. En revanche, il veut pousser sur le dossier de la mention d’origine obligatoire. Les négociations commerciales se terminent le 29 février.    

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA