Quelles sont les 10 tendances social media de 2016 ?

Charlène Lermite |
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Facebook de retour sur le devant de la scène ? La data et la vidéo de plus en plus présentes en 2016 ? Kantar Media a présenté le 1er décembre 2015, à Paris, les 10 tendances des medias sociaux pour 2016. Le point avec Marie Dolle, spécialiste en stratégie de contenu digital chez Kantar. 

Avec la refonte de son centre de notifications et ses signalements, Facebook devrait revenir sur le devant de la scène en 2016.
Avec la refonte de son centre de notifications et ses signalements, Facebook devrait revenir sur le devant de la scène en 2016. © Facebook

Omniprésents au quotidien, les marques et enseignes semblent avoir pris la mesure des réseaux sociaux dans leurs stratégies digitales aujourd’hui. Pourtant, les medias sociaux continuent leur évolution, Kantar Media, entreprise de conseil et d’études sur le marketing, a dévoilé, le 1er décembre 2015, les 10 tendances social media de 2016. Pour François Nicolon, directeur marketing chez Kantar nous assistons à une "évolution profonde des medias sociaux, à travers les stratégies de relation presse, la publicité ou le marketing produit, les frontières ont tendance à s’estomper entre les disciplines". Les équipes de Marie Dolle, spécialiste de contenu digital pour Kantar, se sont penchées sur la Chine et les Etats-Unis, pour déterminer les tendances social media de 2016.

1. Les vendeurs de marketplaces, nouveaux pourvoyeurs de contenu
La première tendance repérée par Kantar vient tout droit de Chine. Dans un pays où l’e-commerce a une part très importante, et la contrefaçon est légion, les vendeurs des marketplaces occupent une place de plus en plus importante. Ils deviennent de véritables pourvoyeurs de contenu, un support d’expression et d’information sur le produit, car ils vont faire la promotion de leurs produits sur les medias sociaux. Marie Dolle explique qu’ils créent une "véritable stratégie éditoriale" comme on peut le voir avec le rouge à lèvres n°52 d’Yves Saint Laurent. Il a été en rupture de stock après que des revendeurs aient pris l’initiative de signaler que celui-ci était porté par l’actrice d’une sitcom ultra-populaire en Chine. Marie Dolle parle de "retail generated content", qui échappe au contrôle de la marque. Celles-ci doivent rester vigilantes, le marché des marketplaces représentait 4 milliards d’euros en France en 2014.

2. 2016, l’année Facebook ?
Non, Facebook n’est pas mort. D’après l’étude TNS sofres Connected Life du 30 novembre 2015, le réseau social reste le préféré des Français, toute catégorie confondue. Et pour ceux qui ne sont pas fans de Facebook, Marie Dolle précise qu’Instagram, ou encore WhatsApp sont sous l’escarcelle de Facebook. Diviser pour mieux régner pourrait être la devise de Facebook, qui dès 2012 a multiplié les rachats pour diversifier ses activités. En 2016, Facebook compte revenir en force et devenir l’agrégateur du quotidien. Entre les signalements (comme lors des attentats ou pour les tentatives de suicides) et la refonte du centre de notifications, afin de mieux personnaliser celles-ci. Actualités, programme télé, géolocalisation des amis à proximité, Facebook va mieux cibler ses utilisateurs en 2016. Marie Dolle explique que Marc Zuckerberg voit Facebook comme l’électricité, un utilitaire omniprésent. Le réseau social devrait être aussi plus local et favoriser le contenu de proximité.

3. My data is rich
Les marques commencent à prendre la mesure de l’intérêt de leur data. Spotify a lancé Insight Data, une plateforme d’analyse de big data musicale, grâce aux millions voire milliards de données que l’entreprise possède. La data, certes, mais pas n’importe comment. Les datas doivent raconter quelque chose, il faut du storytelling. Le gouvernement a transformé ses données en contenu de marque, en réalisant le portrait-robot de 200 000 followers sur Twitter. Alors qu’Amazon publie le classement des 20 villes qui lisent le plus au monde.

4. La métamorphose des notifications push
Les notifications push sont un véritable eldorado pour le marketing mobile, leur impact sur l’engagement est excellent, avec un taux d’ouverture amplifié de 80% pour les applications où elles sont actives. Ces petits messages d’alertes envoyés à l’utilisateur devraient évoluer cette année avec notamment des contenus audio, ou en ressemblant de plus en plus au mail. Facebook pionnier des notifications push, qu’il a adopté pour fidéliser son audience, tend à les cibler de mieux en mieux et à les personnaliser.

5. UX advertising : une publicité qui respecte l’expérience utilisateur
La publicité intrusive est mal vue sur les réseaux sociaux. Alors que les utilisateurs de Adblockers sont de plus en plus nombreux, Twitter comme Instagram et YouTube ont créé des cellules spécialisées chargées de ces questions. Chez Snapchat, le PDG Evan Spiegel prône une "publicité cool", l’utilisateur a le choix de la visualiser ou pas, témoignant d’un vrai opt-in ou choix de l’utilisateur de la visionner. Une autre variante : les emojis, ces petites icônes que les personnes utilisent dans leurs conversations pour remplacer une humeur ou un mot. Guerlain a eu recours à cette technique pour promouvoir la petite Robe Noir, tout comme Duracell et ses lapins roses. Finalement, comme l’explique Marie Dolle, l’idée est de faire de la publicité sans en avoir l’air, car les bannières ont tendance à exaspérer les personnes.

6. La vidéo : du mini au micro

La vidéo n’en finit pas de faire des émules sur les réseaux sociaux. Ultra-plébiscitée par les publics jeunes, sa durée devrait se raccourcir. Instagram se dote de boomerang, un outil pour faire des micros vidéo de 3 secondes. Twitter mise sur ScratchReel qui permet d’interagir avec des micro-animations en avançant et reculant. Après les mini-vidéos, ce sont les micro-vidéos qui seront à l’honneur en 2016.

7. Le phygital : les passerelles du virtuel au réel
Du virtuel au réel, les barrières vont s’amenuiser encore en 2016. Entre les beacons qui émergent, les magasins de plus en plus connectés comme Sephora Flash, les initiatives se démultiplient. Elément de cette montée du phygital, contraction de digital et physique, le QR code. Beaucoup l’avaient déclaré mort, pourtant, pour Kantar Media, celui-ci a encore sa carte à jouer. Il a seulement été utilisé à mauvais escient. Les initiatives originales investissent aussi les villes. Jonathan Morion Bonacorsi a créé Loopa, une sorte de livre d’or numérique visible à la mairie du 4e arrondissement de Paris. Il permet de laisser une trace de son passage, de partager ses impressions et ses souvenirs du quartier.

8. Le développement du contenu éphémère
Popularisé par Snapchat, l’éphémère est de plus en plus plébiscité. Facebook a mis en place récemment des messages qui s’autodétruisent au bout d’1h. Tous les réseaux sociaux testent cette fonctionnalité qui répond à la tendance à la saturation de l’information. Marie Dolle prend cette tendance avec des pincettes, les marques ne peuvent pas tout miser sur l’éphémère pour des raisons de SEO et de pérennité.

9. Quick Action Web : les boutons d’action font leur chemin sur les réseaux sociaux
Buyable pins sur Pinterest, sondages sur Twitter, les boutons d’action se multiplient sur les réseaux sociaux. Le maître en la matière reste Facebook avec ses boutons d’appel à l’action, qui permettent sur une page Fan de contacter la personne, d’acheter, de regarder une vidéo. Facebook propose aussi maintenant des boutons de réactions alternatifs comme le rire, la joie, l’étonnement. Autre nouveau phénomène, les boutons dans les objets de mail qui "permettent de réserver, par exemple, directement une chambre d’hôtel", explique Marie Dolle, sans rentrer dans le mail.

10. Merci pour ce moment : le retour des rendez-vous sociaux
On parlait de grand-messe du 20h, parlerons-nous de la grand-messe de Twitter ? Les rédactions multiplient les initiatives pour rétablir les rendez-vous avec leurs audiences. Les Echos ou BFM TV, cherchent à recréer les rendez-vous avec des newsletters quotidiennes à 8h et 18h, le retour d’un temps fort où l’actualité est décryptée. Orange a créé une campagne de promotion où elle invitait ses clients à interagir avec la marque à une certaine heure. L’idée est aussi de pallier la baisse du reach sur Facebook, c’est-à-dire de la visibilité des publications, en donnant l’habitude à une personne de venir sur la page de la marque régulièrement. "En créant un rendez-vous, on donne le réflexe de consulter la page, c’est un moyen de fidéliser son audience" ajoute Marie Dolle. 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA