Travail du dimanche : le BHV en passe d'ouvrir, les Galeries Lafayette réouvrent le dossier

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

LÉGISLATION - LOISTRAVAIL DOMINICAL Pour le BHV-Marais comme pour le magasin parisien des Galeries Lafayette, le « non » des salariés et des syndicats avait enterré la possibilité d’ouvrir boutique le dimanche. Mais aujourd'hui, plusieurs syndicats pourraient bien faire basculer la tendance en faveur de l'ouverture du dimanche.

Le BHV-Marais est en passe de devenir le premier grand magasin parisien à pouvoir ouvrir ses portes le dimanche.
Le BHV-Marais est en passe de devenir le premier grand magasin parisien à pouvoir ouvrir ses portes le dimanche.

Encore un rebondissement dans le feuilleton de l’ouverture dominicale. Si la loi Macron offre la possibilité d’ouvrir le dimanche à ces deux grands magasins parisiens que sont les Galeries Lafayette boulevard Haussmann et le BHV Rivoli, les négociations -rendues obligatoires avec les syndicats dans le cadre de cette loi- sont des obstacles que la direction ne parvient pas à franchir à ce jour. Mais les lignes pourraient bientôt bouger…

Un lourd passé

Pour rappel, du côté du BHV, les salariés avaient voté par référendum, le 20 novembre 2015, le « non » à l’ouverture dominicale, qui l’avait emporté avec 640 employés contre ce projet et 627 en faveur. Pour les Galeries Lafayette, aucun syndicat n’a finalement signé la copie présentée par la direction, ceux-ci avaient jusqu’au mardi 4 mai 2016 pour se déclarer.

Pourtant, aujourd’hui, pour ces deux enseignes appartenant au groupe Galeries Lafayette, une porte reste encore ouverte.

Un nouvel accord plus attractif au BHV

Au BHV, CFE-CGC ainsi que Sud-Solidaires font volte-face; ils viennent de signer l’accord proposé par la direction. Celui-ci prévoit, sur la base du volontariat, un salaire payé double (+ 100 %) pour tous les salariés qui travailleront jusqu'à 15 dimanches par an, et + 50 % de rémunération à partir du 16 ème dimanche. La direction a concédé une participation aux frais de garde, dans la limite de 1800 euros par an . Autre point qui a su séduire SUD et la CFE-CGC, le groupe s'engage sur 150 créations d'emplois à Paris ainsi qu'au maintien des deux magasins lyonnais qui étaient sur la scellette. A elles deux, ces forces représentent plus des 30 % du seuil de représentativité nécessaire. Les autres syndicats, dont certains sont pourtant idéologiquement contre le dimanche dominical, ne devraient pas, a priori, mettre leur veto sur le projet. Le BHV pourrait dont devenir le premier grand magasin parisien à ouvrir ses portes sept jours sur sept.

Un avenir encore incertain pour les Galeries Lafayette

Pour les Galeries Lafayette, la situation est plus compliquée. Devant le refus des syndicats mardi 4 mai 2016, la direction ne baisse pas les bras. Elle veut encore convaincre le CFE-CGC, qui s’est déclaré "ouvert à d’autres compensations". Mais il faudra aussi vendre ce projet à un autre snydicat pour espérer atteindre les 30 % de représentativité. Le chemin, pour cette branche du groupe, s’avère donc encore long et sinueux.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA