Un pionnier

par Yves Puget, directeur de la rédaction |
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

EDITORIAL « Édouard Leclerc restera dans l'histoire du commerce, mais aussi dans l'histoire de l'économie française. »

Yves Puget, directeur de la rédaction
Yves Puget, directeur de la rédaction©Bernard Martinez

Dans la vie d'un journaliste, il y a des rendez-vous qui marquent plus que d'autres, des rencontres dont on se souvient de longues années après, et d'autres que l'on oublie très vite. L'interview d'Édouard Leclerc, réalisée en novembre 2000, avec sa femme Hélène, et son fils, Michel-Édouard, fait indéniablement partie de la première catégorie. Pendant plusieurs heures, et un déjeuner très convivial dans le manoir familial en Bretagne, Édouard Leclerc nous a raconté son aventure, ou plutôt, ses combats. Car l'homme de convictions qu'il était aimait plus que tout relever les défis. En 1949, à l'époque du rationnement, celui qui inventa le discount à la française lutta contres les multiples intermédiaires : l'agriculteur, puis la coopérative, le grossiste, le semi-grossiste et, enfin, le détaillant. Pour vendre moins cher, il supprima toutes ces étapes. Résultat, il baissa les prix de 20 à 30% et les consommateurs se bousculèrent dans ses premières boutiques.

Salariés, syndicats ouvriers et certains hommes politiques (Guy Mollet, De Gaulle...) l'ont soutenu, et d'autres (les Pinay, Raffarin, Galland...) se sont violemment opposés à lui. Surtout parce qu'ils étaient en charge de défendre des corporatismes. On l'accusa de tous les maux. Lors d'un sermon, un prêtre affirma qu'il allait ruiner l'économie française. Il quitta l'église séance tenante avec toute sa famille. Il a été conspué, insulté, interdit d'antenne radio... mais a tenu bon. Autant de pratiques impensables aujourd'hui, avec ce politiquement correct qui prédomine, cette simple indignation qui a remplacé la passion et les idées. Il a su fédérer autour de lui des dizaines, puis des centaines d'entrepreneurs, mais aussi des fournisseurs ; certains sachant parfaitement en profiter, d'autres pestant contre l'étranglement des fournisseurs.

Ensuite, il s'attaqua aux multiples monopoles. On le vit combattre pour vendre de l'essence, des parfums, des produits pharmaceutiques... Il critiqua bon nombre de lois (Lang...), fit le siège de moult ministères et pointa ses armes contre Bruxelles. Les médias guettaient la moindre de ses sorties. Comme son fils, il savait en jouer et trouver les bonnes formules, les slogans chocs. Pour toutes ces raisons et bien d'autres, et même si l'homme avait sa part d'ombre, Édouard Leclerc fait indéniablement partie de ces entrepreneurs qui ont marqué l'après-guerre et même le XXe siècle.

La France compte de grands industriels qu'elle a su et sait toujours glorifier à juste titre, comme les Dassault, les Peugeot, les Michelin ou les Riboud. Il ne faut pas en oublier les commerçants. Et après Aristide Boucicaut, le nom d'Édouard Leclerc restera dans l'histoire du commerce, mais aussi dans l'histoire de l'économie française (avec les regrettés Denis Defforey, Marcel Fournier, Paul-Louis Halley, Antoine Guichard et le toujours présent Gérard Mulliez). L'épicier de Landerneau mena beaucoup de combats. Il vient de perdre le dernier, celui de la vie. Mais les batailles - notamment consuméristes - qu'il a menées n'ont pas été vaines. Voilà pourquoi la rédaction de LSA présente toutes ses condoléances à la famille d'Édouard Leclerc et à ses amis et proches. Mais aussi aux adhérents du mouvement, qui lui doivent beaucoup et qui, pendant de longues années, saluèrent sa présence à chaque inauguration.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2242

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
media
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA