Marchés

1. Miser sur l'avant-saison

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Quatre ans déjà que le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog), avec le soutien des marques, mise sur l'avant-saison du produit. Par avant-saison, l'interprofession entend le mois de novembre. Et plus précisément le 11 novembre. Il n'est nullement question ici de l'armistice de la Première guerre mondiale, le 11 novembre pour la filière est avant tout l'occasion de célébrer la Saint-Martin et de débuter ainsi plus tôt l'implantation du mets pour faire progresser les ventes.

 

Présence massive dans les médias

Pour favoriser ces ventes précoces, la présence média du Cifog s'accentue : encore cette année, un spot radio diffusé à partir du 28 octobre incitera à la consommation du produit. Le dispositif publicitaire sera complété d'une chronique quotidienne de quarante-cinq secondes. En plus, des jeux autour du foie gras seront organisés sur la bande FM.

Le foie gras tisse aussi sa toile sur le web. Les activités sur leblogdufoiegras.fr, qui comprend informations, quizz pédagogiques, recettes et astuces relayées entre amateurs du fin produit, seront encore renforcées au mois de novembre. Un nouveau concours arrivera sur le site ; il invitera les amoureux du foie gras à réaliser la tartine de leur rêve en postant la photo de leur chef-d'oeuvre sur le blog. Les lauréats seront récompensés et mis à l'honneur sur le site. De quoi créer du trafic et faire parler du foie gras.

Enfin, dernier volet de ce plan de communication massif, la septième édition du Challenge des jeunes créateurs culinaires mettra en compétition plusieurs jeunes cuisiniers qui devront honorer le produit festif. « Grâce à ces actions, nous commençons la communication plus tôt. Après la Saint-Martin, ce sont les marques qui prennent le relais pour assurer leur visibilité. Le foie gras reste donc plus longtemps dans l'esprit du consommateur », assure Marie-Pierre Pé, secrétaire générale de l'interprofession.

 

Potentiel réel mais limité

« L'année 2011 n'a pas été très bonne compte tenu du contexte économique, mais le potentiel de croissance durant l'avant-saison est réel », insiste Marie-Pierre Pé. Pour preuve, en 2010, les ventes du mois de novembre ont progressé de 20% par rapport à 2009. Les efforts promotionnels s'intensifient aussi pour dynamiser cette période : 64% des produits ont été vendus sous promotion en 2011, contre 47,3% en 2010 (source : Cifog). Toutefois, le pic de consommation se concentre encore sur la période des fêtes. Désaisonnaliser le produit fait doucement son chemin en grande distribution...

Les multiples origines de la Saint-Martin

  • Avant de devenir un rendez-vous stratégique pour la filière du foie gras, la Saint-Martin, célébrée le 11 novembre, marque dans les régions rurales la fin des travaux agricoles et le passage à l'hiver, symbole de grandes agapes où l'on consomme des produits plus consistants dont, entre autres, des oies devenues grasses.
  • La Saint-Martin représente aussi l'époque des premiers marchés de gré à gré, où les consommateurs peuvent trouver les premiers canards et oies à vendre pour pouvoir fabriquer leur foie gras...
  • Saint Martin a d'ailleurs un destin lié aux oies. Au IVe siècle, il se serait caché au milieu de celles-ci pour échapper à son ordination d'évêque, mais les palmipèdes l'ont dénoncé par le vacarme qu'elles firent.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA