1855 se veut l'Amazon du vin

Du choix et du conseil. À l'instar du libraire virtuel, ce site veut offrir le plus grand choix de vins sur le net. Mais aussi développer une véritable politique de marketing « one to one ».

«Nous voulons être imbattables sur l'assortiment et développer une véritable politique de marketing "one to one" », prévient Emeric Sauty de Chalon, fondateur, avec Thierry Maincent, de la société 1855. Il y a quatre ans, les deux compères (25 ans chacun) ont commencé par proposer des services aux entreprises avec des cadeaux, des dégustations et des événements autour du vin. En février 1999, ils décident de créer une boutique virtuelle. Elle vient d'ouvrir avec 3 500 références en ligne. Des primeurs, des vins jeunes à déguster immédiatement ou à garder patiemment jusqu'aux millésimes du début du siècle. Et pour toutes les bourses. Des premiers prix à 25 F, des grands classiques à moins de 100 F et des crus d'exception à plus de 1 000 F.

« Nous proposons quasiment les prix départ propriété », assure Emeric Sauty de Chalon. Mais surtout, le client peut obtenir de nombreuses informations et être conseillé en ligne. Le site propose des fiches sur les produits (commentaires et notes de dégustation) ou sur les propriétés, les appellations et les régions. Tous les quinze jours, on y découvrira les coups de coeur, les découvertes, le « coin de la critique », les interviews ou les actualités du monde du vin. Et pour aider ses clients, la boutique vend des caves clés en main pour tout budget. Quant aux Miles 1855 (des points fidélité), ils récompensent la confiance et sont convertibles en caisses de vin ! Toujours plus réactif, le site observe les préférences, les rubriques favorites de ses clients afin de lancer de véritables offres sur mesure. Cerise sur le gâteau, le cyberclient peut consulter les livraisons en cours et l'historique de ses commandes.

700 000 F ont été investis dans ce projet ambitieux et 15 personnes (sur les 25 salariés de l'entreprise) y travaillent plus ou moins à temps plein. Avec, pour l'instant, un panier moyen d'environ 1 000 F. Et malgré la multiplication des boutiques virtuelles dédiées au vin (la-clé-de-la-cave.fr, rouge-blanc.com, viniphile.fr ), Emeric Sauty de Chalon ne craint pas la concurrence. « Les distributeurs ne savent pas comment se positionner par rapport à leurs magasins, assure-t-il, et les nouveaux marchands se contentent souvent de mettre un catalogue en ligne. » Et pourquoi 1855 ? C'est tout simplement l'année du premier classement des bordeaux, à la demande de Napoléon III.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1649

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous