20% des exportations de cosmétiques partent en Asie

|

En 2018, la France a exporté pour 14,5 milliards d’euros de cosmétiques. Si l’Europe reste la première destination, les exportations vers l’Asie sont en forte croissance.

© 123rf/captainvector

Selon la Fédération des entreprises de la beauté (Febea), les exportations françaises de cosmétiques se sont élevées à 14,5 milliards d’euros en 2018, soit une hausse de 6,3% par rapport à 2017. A nouveau, la valeur des exportations dépasse le chiffre d’affaires réalisé par le secteur sur le marché français, ce qui montre l’attrait mondial pour la beauté à la française. C’est toujours en Europe que part la majeure partie des exportations : 6,6 milliards d’euros d’exportations (+4,5%) vers les autres pays de l’Union Européenne et 1 millions d’euros dans les autres pays d’Europe (Turquie comprise). Dans l’Union, c’est en Espagne et en Italie que l’on enregistre les plus fortes hausses, respectivement +8,5% et +7,2%. Hors Union, la Febea souligne la progression des exportations vers la Russie (+17,8%).

C’est en Asie que l’on a observé les plus fortes croissances. Les exportations dans cette région ont augmenté de 16,6% grâce à la Chine (+22,7%). La hausse la plus importante a été faite à Singapour (+24%). Ce sont près de 20% des exportations (2,6 milliards d’euros) qui partent désormais vers l’Asie.

Marché plus mature, l’Amérique du Nord affiche une augmentation de 6,8% d’exportations, avec notamment une hausse de 5,7% aux Etats-Unis. « Ce pays demeure la deuxième destination de nos exportations mondiales », souligne la Febea. L’Amérique du Sud et Centrale restent stables.

Au Proche et Moyen-Orient, en revanche, les exportations sont en recul : -2,1%. Une baisse liée à la variation du cours du pétrole selon la Febea. Enfin, pour la zone Afrique, « la situation est contrastée: l’Afrique occidentale est en hausse avec +16,8%, l’Afrique centrale et australe est en recul de 6,8%. L’Afrique du Nord recule également (-3,7%), cela est principalement dû à un blocage des importations par l’Algérie », constate la Febea.

Pour 2019, si le secteur confiant est plutôt confiant, il attend l’issue des négociations du Brexit, « puisque le Royaume-Uni est le deuxième pays de l’UE (après l’Allemagne) vers lequel la France exporte le plus (plus d’1 milliard d’euros avec une augmentation de 3%) », rappelle la Febea.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message