Marchés

200 éleveurs Doux soutiennent le plan de continuation de Charles Doux

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L'association des éleveurs de Bretagne, fournisseurs du groupe Doux, a voté "à l'unanimité" son soutien au plan de continuation du pdg du groupe, qui doit le présenter le 24 juillet.

Le pdg souhaite faire entrer les éleveurs au capital de l'entreprise.
Le pdg souhaite faire entrer les éleveurs au capital de l'entreprise.

Les salariés de Doux n’ont pas confiance dans le plan de continuation de leur pdg, mais les éleveurs et fournisseurs si. L'association des éleveurs de Bretagne fournisseurs du groupe Doux (AEBFD, 200 éleveurs), a voté à l'unanimité hier jeudi son soutien au plan de continuation du pdg, Charles Doux, qui doit le présenter le 24 juillet, ont-ils annoncé.

"Cette décision votée à main levée est pour eux le seul projet garant de leur métier d'éleveurs, des emplois salariaux qui y sont attachés ainsi que de l'ensemble de la filière", explique l'association dans un communiqué. Charles Doux, qui avait jugé mardi les offres des éventuels repreneurs du groupe "consternantes, tant au plan social, qu'au plan économique", présentera son plan de financement et les grandes lignes de son plan de continuation le 24 juillet. Il a proposé aux quelque 800 éleveurs en contrat avec le groupe d'entrer au capital de l'entreprise, sous la seule condition d'adoption du plan de continuation.

Mardi, lors d'un comité central d'entreprise au siège du groupe, à Châteaulin (Finistère), les 14 offres de reprises (six indépendantes et huit coordonnées) ont été détaillées aux syndicats qui ont déclaré à la sortie qu'ils s'attendent à au moins 1500 licenciements. Selon une évaluation détaillée qui leur a été remise, les offres de reprise coordonnées ne permettraient de sauver que 1990 CDI (sur 3484) et 509 CDD (sur 711), avec donc 1494 CDI et 202 CDD non repris.

Le groupe Doux, qui est en contrat avec 800 aviculteurs, avait été placé en redressement judiciaire le 1er juin. Le tribunal de commerce de Quimper doit étudier les différentes offres de reprise avant la fin juillet.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA