23 pistes pour redresser la filière viande

|

Hier soir s’est tenu le rapport d’étape pour les Etats généraux de la viande, au terme de trois mois de réunions avec les acteurs de la filière.

Interbev logo

L'objectif de ces Etats généraux ? « Rendre le bœuf à la mode », ironise Dominique Langlois, président d’Interbev et P-DG de SVA Jean Rozé. Plus sérieusement, le président a énuméré les grands axes à développer, s'appuyant sur l'etat des lieux des filières autour du boeuf, de l'agneau et du cheval.

Le steak haché, symbole d'un succès

Plusieurs pistes de réflexion ont émergé. Concernant l’offre en grande distribution, le constat que « l’offre présente en rayon n’est pas adaptée à la demande des consommateurs » a été renouvelé. « L’offre est aujourd’hui beaucoup trop technique » appuie Gérard Cladière, de la FCD.

Parmi les axes de développement, la simplification de l’offre (via entre autre une nouvelle dénomination des morceaux à venir pour le boeuf) et une plus grande praticité des produits proposés ont été mentionnés. Avec pour produit phare à soutenir dans les linéaires des GMS, le steak haché. Le produit, très plébiscité par les Français (83%) est symbole de leur demande: une offre de viande abordable et pratique.

En amont, la nécessité de s’ouvrir à l’export et de recruter 20.000 professionnels de la viande, dont 7.000 bouchers pour la boucherie artisanale et la grande distribution a également été largement abordé.

Réagissant aussi à l’actualité, Interbev a demandé de rendre obligatoire l’origine de la viande en tant que ingrédient sur l’étiquette des préparations à base de viande. Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture présent pour le discours de clôture, a annoncé à ce sujet être en relation avec son homologue allemande pour travailler ensemble sur les questions de traçabilité.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter