Amazon accélère le déploiement d'Amazon Go avec une 8ème ouverture

|

Le huitième Amazon Go ouvre ses portes ce 12 décembre à Seattle. Le groupe cherche également des espaces disponibles pour ses points de ventes dans plusieurs aéroports américains et veut s'implanter au Royaume-Uni.

amazon go rayon

[Mise à jour du 12/12/2018] Et de huit. Avec une nouvelle ouverture à Seattle, Amazon devient un véritable acteur du retail brick and mortar avec sa chaîne de supérettes high tech Amazon Go, capables grâce à leurs caméras et à une technologie basée notamment sur de la reconnaissance d'image, de facturer le client sans qu'il n'ait à fare la queue en caisse ou à scanner lui même ses produits avec son smartphone. Le nouvel Amazon Go, installé dans un immeuble de bureaux d'Amazon, ne mesure que 40 mètres carrés. "Nous avons voulu construire un espace de vente qui, d'un point de vue de son design, tiendrait facilement ans un open space [de bureau ou dans un hôpital par exemple]. Vous pouvez le transporter en pièces détachées et l'assembler sur place", explique Gianna Puerini, vice présidente d'Amazon Go. 

Des cadres d'Amazon cherchent actuellement des espaces de vente disponibles dans plusieurs aéroports des Etats-Unis, comme celui de Los Angeles ou encore de San José, pour accélérer le déploiement de ce concept facile à démultiplier, selon Reuters. Le géant du net cherche également à implanter Amazon Go à l’international, en commençant par le Royaume-Uni. Il prospecte notamment à Londres. 

C’est une information dévoilée par Bloomberg, qui - si elle se révélait juste - donne une idée de l’ampleur du projet Amazon Go. Le site spécialisé dans l’information économique a dévoilé mercredi 19 septembre 2018 un plan de déploiement d’envergure, puisque l’e-commerçant s’apprêterait à ouvrir pas moins de 3000 magasins sans caisse ni personnel d’ici 2021. Alors qu’il peaufine son concept, accessible au public depuis 2018, le géant du web s’est refusé comme à son habitude à commenter l’information. S’agit-il d’un maillage du territoire américain, ou la firme de Jeff Bezos envisage-t-elle de déployer son magasin de proximité dans d’autres pays ? Ces 3000 points de vente vont-ils être strictement identiques sur l’offre, la surface de vente et le choix d’implantation ? Le 2e Amazon Go de Seattle, ouvert en août, présentait ainsi une offre plus courte (sur une surface plus petite) que celle du tout premier Amazon Go, et des horaires plus restreints qui collent à ceux d’une clientèle de bureau.

2000 points de vente Hema d’ici cinq ans en Chine

Ce programme serait extrêmement coûteux pour Amazon. Selon le New York Times, chaque unité nécessite plusieurs milliers de caméras afin de suivre les mouvements de clients, ainsi qu'un investissement R&D continu. Se pose donc la question de la rentabilité. Même si Amazon n’a jamais donné d’informations sur le coût véritable de sa technologie, sa première supérette sans caisse lui aurait coûté plus d'un million de dollars rien qu'en hardware, selon Bloomberg. (Lire aussi : Etape par étape, la technologie d'Amazon Go décortiquée)

Le 17 septembre dernier, un quatrième magasin Amazon Go était ouvert à Chicago, quelques jours à peine après le lancement du troisième Go de Seattle, et pour la première fois dans une autre ville que celle où est établie l’entreprise. Deux autres magasins devraient ouvrir d'ici la fin de l'année, à San Francisco et New York.

En Chine, Alibaba affiche également de grandes ambitions pour son concept de magasin connecté Hema, avec plus de 2 000 points de vente visés d’ici cinq ans. L’e-commerçant, qui en a déjà ouvert une cinquantaine à date, projette d'y ajouter des caisses dotées d’un paiement par reconnaissance faciale. Chez les distributeurs physiques, l'heure est également à la réflexion, comme en témoigne le partenariat noué entre Walmart et Microsoft.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message