3 Suisses reprend Quelle La Source

|

Le numéro deux français de la VAD a été désigné comme repreneur de l'ex-filiale française du groupe allemand KarstadtQuelle, en redressement judiciaire. Il mise sur la complémentarité des activités.

« Une séance de psy 75 E, un top à bretelles 19 E », ou encore « Pas besoin d'être PDG pour avoir une p... de garde-robe » ! Telle est la tonalité de deux des cinq accroches de la nouvelle campagne de pub lancée le 17 mars par 3 Suisses France. Confiée à BETC Euro RSCG, elle ambitionne de restaurer l'identité de la marque et « l'histoire d'amour entre les 3 Suisses, les femmes et la mode », selon Anne-Marie Schwab, directrice de la marque et de la communication de l'enseigne depuis août 2009. Il s'agit de conquérir les femmes actives de 30 à 40 ans, qui représentent un tiers des ventes du véadiste et un vrai potentiel de croissance. La campagne vante le côté fashion - un axe différenciant de longue date - et le positionnement prix. Elle est dotée d'un budget de 5 millions d'euros et déclinée sur 23 000 panneaux d'affichage, dans la presse et sur le web. Elle s'accompagne du lancement d'un petit catalogue généraliste de printemps (2 millions d'exemplaires), avec 40 % de nouveaux produits. F. L.
- 1966 date de création - 157 M E de chiffre d'affaires 2009, contre 188 M E en 2008 et 277,7 M E en 2007 - 213 salariés 150 à Tourcoing (59) et 63 à Saran (45) - 3 millions de clients actifs, dont 1,5 million sur le web

Lundi 15 mars, le tribunal de commerce d'Orléans a retenu l'offre du groupe 3 Suisses International (3SI) pour la reprise de Quelle La Source. « Le dossier de 3SI était le meilleur, et c'est vraiment le bon moment pour nous de rejoindre un grand groupe », s'enthousiasme Jean-Marc Bernard, président du directoire de Quelle La Source. « 3SI a simplement trouvé l'opportunité de racheter un concurrent », regrette de son côté l'investisseur Daniel Bréchignac, l'un de deux autres candidats avec le groupe Zannier. Le personnel de Quelle La Source avait, quant à lui, apporté son soutien au dossier de 3SI, qui s'est engagé à conserver 131 des 213 salariés actuels.

Synergies de clientèles

 

Pour Jean-Marc Bernard, « 3 SI parie sur des synergies commerciales fortes avec Quelle La Source, dont la clientèle est plus jeune, plus populaire et plus tournée vers le web ». La marque La Source continuera d'exister. Quant à Quelle, « nous avons le droit d'exploiter le nom jusqu'à la fin 2011, en conséquence de notre séparation de KarstadtQuelle », explique le président de Quelle La Source. Mais le groupe Otto, actionnaire majoritaire de 3SI (aux côtés de la famille Mulliez), a racheté les droits de la marque le 17 février. De là à envisager sa relance en France...

La reprise ne sera pas effective avant l'avis de l'autorité de régulation de la concurrence, dans deux ou trois mois. D'ici là, Jean Marc Bernard se consacrera au plan social. 3SI parie prudemment sur un chiffre d'affaires ramené à 120 millions d'euros.

3 Suisses dans le rouge

 

Le groupe nordiste reprend ainsi l'initiative, un an après l'annonce d'un plan de 674 licenciements et la relance de 3 Suisses, sa principale filiale. Celle-ci s'est fixé l'objectif de réaliser 60 % de ses ventes sur internet en 2011. Elle est « à 56 % en 2009 », explique Anne-Marie Schwab, directrice de la marque et de la communication de 3 Suisses. Mais toutes les difficultés ne sont pas aplanies. Selon nos informations, le deuxième véadiste français accuserait une perte de 47 millions d'euros en 2009 pour un chiffre d'affaires de 742,2 millions, après - 43 millions en 2007 et en 2008.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2128

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations