44 magasins et près de 1000 emplois vont disparaître chez Mobilier Européen/ Fly

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La décision du tribunal de grande instance de Mulhouse, dernière étape du plan de reprise du groupe Mobilier Européen, est tombée cet après midi. L’essentiel des propositions de reprise a été validée, mais 1000 postes seront supprimés, soit la moitié des effectifs employés en direct par le groupe.

5 offres de reprise ont été validées par le TGI de Moulhouse pour le groupe Mobilier Européen. Quasiment la moitié des magasins vont fermer, et 50% des salariés vont perdre leur emploi.
5 offres de reprise ont été validées par le TGI de Moulhouse pour le groupe Mobilier Européen. Quasiment la moitié des magasins vont fermer, et 50% des salariés vont perdre leur emploi.© © «Le Maine Libre», Jean-François Baron

C’est officiellement terminé pour le groupe Mobilier Européen. Cet après-midi, le tribunal de grande instance de Mulhouse a rendu sa décision concernant les différentes offres de reprises formulées pour les réseaux de magasins du groupe, à savoir Fly, Atlas et Crozatier. En tout, 5 offres ont été validées. Elles concernent 51 magasins sur les 95 détenus en direct, ce qui équivaut à la sauvegarde de "971 salariés sur un total de 1969". Les franchises, qui emploient environ 1600 personnes pour 80 magasins, ne sont pas comptabilisées. Quelque 128 propositions de reclassement s’ajoutent à ce total, portant le nombre d’emplois sauvegardés "à 1099 sur 1969", selon Mobilier Européen.

New Fly, le plus important projet de relance

L’offre de reprise la plus importante qui a été validée est celle portée par Nicolas Finck, l’ancien directeur financier de Mobilier Européen. Elle concerne 39 magasins Fly (soit 724 emplois) ainsi que les contrats de franchise de la marque. Ce projet de relance baptisé "New Fly" veut "renforcer le concept du design à prix abordable et développer l’offre décorative par une répartition plus équilibrée entre les deux familles (60 % de meubles et 40 % décoration)". But va reprendre 4 Fly et 2 Atlas, soit la reprise de 199 salariés et 119 propositions de reclassement alors que Casalys, société constituée par des cadres de l’entreprise Crozatier, reprend 4 magasins Crozatier, pour un total de 36 salariés.

La fin de Mobilier Européen, pionnier du meuble

"Aujourd’hui, c’est une page qui se tourne, la fin d’une histoire familiale commencée dans les années 50. Le Groupe était alors pionnier en étant le premier à démocratiser l’accès à des meubles de qualité, notamment hors des zones urbaines, en inventant le supermarché du meuble", a commenté Philippe Rapp, co-président de Mobilier Européen. Le groupe familial, créé en 1959 à Mulhouse, réalise un chiffre d’affaires de 740 millions d’euros environ, principalement grâce à l’enseigne Fly (450 millions). Mais cette locomotive a vite perdu de sa superbe ces dernières années, en raison d’une concurrence accrue d’enseignes comme Ikea et Conforama, et d’un secteur en plein marasme, qui ont mené le groupe dans des difficultés insurmontables.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA