Marchés

5. Consommer dès l'apéritif

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Sortir des moments traditionnels pour réinventer la consommation du foie gras est l'un des enjeux clés de la filière. « L'apéritif est vraiment une tendance de fond. C'est un instant de convivialité important, où l'on mange plus longtemps et de façon plus variée. Pour ces moments, on ne peut pas proposer des offres de canard entier à 50 ou 80 E le kilo, c'est pourquoi on mise sur des petits formats pour offrir des produits abordables », dévoile Isabelle Laporte, chef de groupe produits du terroir chez Labeyrie.

 

Pérenniser sa présence en rayon

« Les avantages sont multiples, renchérit Coralie Poirot, chef de produits La Quercynoise. Miser sur l'apéritif permet de proposer des produits abordables, et surtout d'en faire un produit fond de rayon. » La marque du groupe en GMS, Maistres occitans, a ainsi lancé au mois de juin de petits blocs de foie gras de canard (110 grammes, soit environ seize tranches) revisité avec de nouvelles saveurs : sel de Guérande, piment d'Espelette, figues et mangue. L'objectif : diversifier la consommation du foie gras, « à l'instar des tartines au moment de l'apéritif que l'on sert souvent dans le Sud-Ouest », appuie Marie-Pierre Pé, secrétaire générale du Cifog. « Le foie gras reste associé pour beaucoup de personnes à des moments festifs. Grâce à notre gamme, nous tentons d'en faire un produit estival », conclut Coralie Poirot.

Dans la même veine, Labeyrie a sorti toute une gamme apéritive autour de ses deux références festives : le saumon et le foie gras. « Le deuxième est encore sacralisé, nous sommes donc allés moins loin dans les alliances », analyse Isabelle Laporte. En plus d'une référence nature, un bloc aux figues, un autre aux noisettes et un dernier aux abricots ont fait leur apparition en GMS au mois de juin. Enfin, Montfort parie sur l'apéritif avec des bouchées festives au rayon surgelés (lot de 20 bouchées dont 12 aux abricots et 8 accompagnées de pain d'épices).

Dernier avantage, ce mets ainsi proposé vise une nouvelle cible : « Dans notre nouvelle gamme, nous avons misé sur un packaging pour attirer un public plus jeune, en jouant moins sur le terroir que sur une offre haut de gamme », avoue Isabelle Laporte.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA