5 facteurs clés pour réussir ses projets de digitalisation magasin [Tribune]

|

TRIBUNE D'EXPERTS A la veille de Paris Retail Week, Alexandre Mayaud, CEO de Keyneosoft, détaille cinq bonnes pratiques pour qu’un projet de digitalisation de magasin soit réussi.

Alexandre Mayaud, CEO de Keyneosoft.
Alexandre Mayaud, CEO de Keyneosoft.

#1 : Tester rapidement et adapter l’ergonomie à vos parcours clients et vendeurs en associant vos équipes métier

Pour qu’elles soient efficaces et rapidement adoptées par les collaborateurs comme par les clients, les solutions digitales doivent être personnalisées et adaptées au parcours de l’utilisateur et aux spécificités de chaque enseigne. Elles doivent répondre à un besoin et devenir un outil du quotidien. En pratique, cela signifie réaliser un prototype de la solution et la mettre dans les mains de l’utilisateur final pour vite la tester. Ensuite, il s’agit d’itérer et personnaliser l’ergonomie, les fonctionnalités aux remontées du terrain. Il est donc indispensable de choisir une solution modulaire, adaptable et facilement personnalisable. Les équipes doivent comprendre les enjeux de la mise en place d’un nouveau service digital et y adhérer. Rien de tel que des futurs utilisateurs pour affiner la solution et devenir les ambassadeurs et promoteurs auprès des autres magasins.

#2 : Itérer et privilégier le travail collaboratif

Vous êtes revenus de votre store tour New Yorkais avec l’envie de dupliquer ce que vous avez vu voire faire mieux… Mais en matière de transformation digitale, il est important d’être agile et adopter la méthode “test and learn”. Tous les facteurs sont à prendre en compte : la qualité du réseau internet, l’adéquation du matériel à l’usage, l’intégration de la solution dans le parcours magasin, la communication du service aux clients... Avancer par itérations et privilégier le travail collaboratif permet non seulement de valider les choix effectués et de les réajuster au bon moment s’il le faut, mais aussi de faire évoluer votre projet. On part d’un besoin de base et on l’enrichit des remontées terrain et de l’expérience de mise en œuvre similaire dans votre secteur ou d’autres secteurs du retail.

#3 : Avoir une approche « best of breed », agile et frugale

L’histoire nous a montré que ce n’est pas forcément les plus gros acteurs ayant les plus gros moyens qui répondaient au mieux aux nouveaux parcours clients. La cause ? Des systèmes d’informations souvent trop lourds, constitués de patch, et qu’on ne sait plus faire évoluer.

L’idée est de ne surtout pas tout jeter à la poubelle ou attendre que votre SI soit enfin prêt et APIsé, mais plutôt de voir comment mailler intelligemment vos systèmes actuels avec des nouvelles solutions, qui parlent avec vos systèmes, et qui, elles, sont 100% APIsées. Il s’agit ensuite pour vous de choisir les meilleures pour chaque usage, et de les intégrer intelligemment.

Enfin, ce n’est pas le nombre de zéros qui fait la qualité de la solution. Aujourd’hui, des modèles SAAS, où vous payez en fonction du nombre d’utilisateurs ou de points de vente, peuvent être tout à fait adaptés à vos besoins et à votre rythme de déploiement.

#4 : Mesurer le ROI et superviser les dispositifs mis en place

En matière de site e-commerce, tout est monitoré (trafic, coût d’acquisition, taux de conversion, taux d’abandon...), le magasin est le parent pauvre avec des tests qui parfois n’aboutissent pas faute de retour sur investissement. Encore faut-il mettre en place les bons KPI : gain de temps, meilleure rotation de stock, chiffre d’affaires additionnel au m², hausse de la satisfaction client, équipes plus motivées… La solution doit être rapide, hautement disponible, fonctionner en mode déconnecté. La mise en place et le suivi des bons indicateurs est donc une étape importante de tout projet digital.

#5 : Accompagner vos équipes dans le déploiement et la prise en main

Une fois votre solution penée, conceptualisée, prête à être utilisée, il est nécessaire d’accompagner la prise en main par vos collaborateurs ou vos clients… Face à la multitude de profils, il faut trouver le bon moyen de communication pour faire adhérer à l’outil et retrouver un retour ROI rapide. Sans partir sur une formation lourde et qui prendra du temps, il est important d’étudier vos moyens de communications actuels et de les utiliser pour embarquer vos équipes. Les ambassadeurs qui ont été aux prémices du projet peuvent bien évidemment servir de porte-voix : qui mieux que des personnes de terrain pour propulser les bonnes énergies et donner de la dynamique ? Cette formation et communication doit faire partie intégrante du projet, et ceci dans la durée, pas seulement au lancement ! Pour que la solution s’inscrive dans le quotidien, elle doit faire partie intégrante de vos process de vente et être naturelle pour les utilisateurs.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message