6 - Encourager l’actionnariat salarial

|
Borne Plus Decathlon
Borne Plus Decathlon© Vincent krieger

Véritable clé de voûte de la politique salariale de Decathlon et des enseignes Mulliez, l’actionnariat. Il favorise la fidélité des salariés en leur permettant de se constituer un capital à des conditions avantageuses. Apparu chez Auchan dès 1974 et inspiré de l’encyclique «Mater et magistra» de Jean XXIII –l’argent est juste s’il est le fruit du travail et réinvesti pour le bien de tous!–, le Fonds commun de placement (FCP) Decaval fut créé en 1987. Il concerne 16000 des 21600 collaborateurs sous contrat Decathlon France, qui possèdent ainsi entre 10 et 12% du capital. Mais aussi plusieurs milliers de leurs collègues dans 18 des 35 autres pays où l’entreprise est implantée (Inde, Chine et Maroc pour les derniers en date).

« Le FCP permet de prendre part à une aventure commune, de mieux comprendre le fonctionnement économique de l’entreprise, de partager l’évolution de sa valeur, et de se constituer un patrimoine », explique Nicolas Cabaret. Chaque futur actionnaire a une formation et dispose de «relais actionnariat» en magasin. Avec, chaque printemps, l’annonce attendue des performances de Decaval (+24,16% en cumulé sur 2014 et 2015).

Les mauvais millésimes se font rares. Autre pilier de la politique salariale, les primes. On en compte trois: la mensuelle (calculée sur le CA du périmètre direct du salarié), la trimestrielle (indexée sur les performances du magasin) et l’annuelle (participation légale liée aux résultats de Decathlon du pays concerné). Cumulées, elles peuvent donner entre trois et quatre mois de salaire brut complémentaire. Ce qui explique en partie le bon classement de l’enseigne au sein du classement Great place to work (4e en 2016), corroboré par l’étude interne annuelle selon laquelle 95% des collaborateurs se disent fiers et heureux d’avoir le sang bleu.

Le chiffre

16 000 : Le nombre de salariés de Decathlon France qui sont actionnaires.

La date

1987 : ouverture du capital à l’actionnariat salarié (Fonds commun de placement Decaval).

L'obstacle

La part variable de la rémunération étant indexée sur les résultats de l’enseigne, les contre-performances peuvent favoriser le turnover, comme ce fut le cas à la toute fin des années 90 (12 % de départs dans l’encadrement). Un risque réduit, depuis, grâce à l’internationalisation réussie de l’enseigne.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2418

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous