60 millions de consommateurs épingle Wish et ses pratiques douteuses

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L'app californienne de produits chinois direct-usine laisse par exemple ses vendeurs commercialiser des articles dangereux, interdits par la législation en Europe.

Wish
Wish© Wish

La bombe de l'e-commerce californienne Wish est pointée du doigt par le magazine 60 millions de consommateurs. La marketplace, qui commercialise des produits chinois direct-usine, est entrée pour la première fois en France au premier trimestre 2018 dans le top 15 de l'e-commerce en audience de Médiamétrie, à la dixième place. Mais derrière ce succès se cachent, selon le magazine, des "pratiques à la limite de la légalité. […] Même si la plateforme est américaine et les marchands chinois, Wish se doit de respecter la loi française pour la bonne raison qu’il cible les consommateurs de l’Hexagone", indique 60 millions de consommateurs.

Wish met en avant des produits à prix barrés. Les réductions peuvent aller jusqu'à 98%. Mais le prix de base qui permet de calculer ce rabais est bien souvent faux. Plusieurs montres de la marque Jaragar sont ainsi sensées valoir plus de 1000 euros. Sauf que sur la marketplace du chinois Alibaba Aliexpress, elles sont commercialisées environ trente fois moins cher, comme le montrent les deux images ci-dessous. Ces réductions sont donc douteuses. Une pratique commerciale trompeuse, passibles de deux ans de prison et de 300 000 € d’amende.

Mais Wish a pris ses précautions. Il décline toute responsabilité et pointe ses marchands du doigt dans sa foire aux questions : "Wish ne peut garantir ou assurer que le vendeur offre ou vend l’article au prix barré".

Des photos peu claires

Les photos sensées illustrer les produits vendus sur Wish peuvent par ailleurs induire le consommateur en erreur : elles présentent souvent un produit à la place d'un autre. Un vendeur commercialisant par exemple des autocollants pour manettes de jeux vidéo illustre par exemple sa fiche produit avec une  PlayStation 4. Une autre forme de pratique commerciale douteuse, selon le magazine.

Wish laisse enfin les vendeurs de sa plateforme commercialiser des produits dangereux, ne répondant pas aux normes européennes. Des bagues contenant un important taux de plomb et de cadmium, des métaux dont l'utilisation est strictement encadrée par la loi en Europe, ont par exemple été repérés sur Wish par Rapex, le système européen de signalement des produits dangereux. Mais la marketplace, prévenue, n'a pas pour autant fait disparaître ces articles de son site e-commerce, où ils étaient toujours vendus un mois après.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA