77% des Français prêts à acheter leurs médicaments en parapharmacie

|

Ipsos a mené une étude pour E.Leclerc. Le prix est la première motivation des personnes favorables à la vente des médicaments sans ordonnance en parapharmacies.

E.Leclerc diffuse actuellement une publicité pour sensibiliser les français à sa cause.
E.Leclerc diffuse actuellement une publicité pour sensibiliser les français à sa cause.

Ipsos a mené une étude pour E.Leclerc révélant que la majorité des Français sont favorables à la vente de médicaments sans ordonnance ailleurs qu’en pharmacie. 54% des personnes interrogées sont, en effet, prêts à les acheter les médicaments ailleurs qu’en officine. La proportion monte même à 61% pour les seniors (55-75 ans). Lorsque le lieu évoqué est une parapharmacie, les Français sont alors 77 % à être prêts à y acheter leurs médicaments non remboursés. Leur nombre atteint 85 % chez ceux qui en achètent plusieurs fois par mois. En spécifiant « parapharmacies de grande surface », la proportion se maintient à 71 %.

 

Le prix est la première motivation

Pour 80% des personnes interrogées, la vente d’OTC en parapharmacie de grande surface permettrait de bénéficier de prix plus compétitifs et dans une moindre mesure, d’une plus grande rapidité de service (56%).

71% des personnes interrogées n’achèteraient ni plus, ni moins de médicaments non remboursés s’ils étaient disponibles en parapharmacie. « La crainte d’une envolée des ventes des OTC et la surdose de médicaments, suite à leur ouverture à la concurrence ne semble donc pas fondée », commente E.Leclerc dans un communiqué de presse.

Dernier point de l’étude : le choix de médicaments sans ordonnance est influencé autant par le conseil d’un pharmacien (55%) que par les habitudes : 49% déclarent en effet qu’ils prennent toujours les mêmes médicaments sans ordonnance. Le conseil d’un autre professionnel du métier, le médecin (17%) est concurrencé, dans ce domaine par le conseil de l’entourage (11%) ou la recherche d’informations sur Internet (7%).

 

Des pétitions pour... et d'autres contre

Cette étude apporte donc des arguments supplémentaires à E.Leclerc dans sa croisade pour pouvoir vendre des médicaments sans ordonnance. L’enseigne a déployé une importante campagne médiatique pour sensibiliser les consommateurs à sa cause. Une nouvelle publicité télévisée est en cours de diffusion. E.Leclerc a également lancé une pétition sur Internet avec un site web dédié (sesoigner-moinscher.com). Plus de 58 900 personnes l’ont virtuellement signée.

Les syndicats de pharmaciens, pour leur part, ont également lancé une pétition afin de conserver la vente exclusive de tous les médicaments. Ayant moins de moyens, les pharmaciens font signer leurs pétitions à leurs clients dans leurs officines.

 

 

2 commentaires

Zorg13

13/10/2014 18h42 - Zorg13

*** L'arrêt de la Grande Cour (19 mai 2009) de la Cour de justice de la Communauté Européenne (CJCE) sur l'affaire Doc Morris: 37 En ce qui concerne l’exploitant ayant la qualité de pharmacien, il ne saurait être nié qu’il poursuit, à l’instar d’autres personnes, l’objectif de la recherche de bénéfices. Cependant, en tant que pharmacien de profession, il est censé exploiter la pharmacie non pas dans un objectif purement économique, mais également dans une optique professionnelle. Son intérêt privé lié à la réalisation de bénéfices se trouve ainsi tempéré par sa formation, par son expérience professionnelle et par la responsabilité qui lui incombe, étant donné qu’une éventuelle violation des règles légales ou déontologiques fragilise non seulement la valeur de son investissement, mais également sa propre existence professionnelle.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Zorg13

13/10/2014 18h41 - Zorg13

*** Rapport de l'OCDE (plus d'une centaine de scientifiques et statisticiens mondiaux ont participé à ce rapport) (paragraphe 15): Les études existantes n’ont pas pu confirmer une baisse du prix des médicaments en vente libre après la libéralisation du secteur des pharmacies de ville, et la concurrence sur les prix était faible. source: http://www.oecd.org/officialdocuments/publicdisplaydocumentpdf/?cote=DAF/COMP/GF(2014)6&docLanguage=Fr

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message