Marchés

87 emplois supplémentaires sur la sellette chez Doux

|

A l'issue d'un comité central d'entreprise, une nouvelle sentence est tombée pour les salariés: le groupe Doux envisagerait la suppression de 87 postes, selon des sources syndicales.

siège de Doux
siège de Doux© DR

Dans le détail, 39 postes concerneraient le siège, à Châteaulin (Finistère), et 30 autres à l'usine Père Dodu située à Quimper.

Reclassement interne ?

Dans un communiqué, le groupe assure que "des mesures de reclassement interne seront proposées aux employés des sites industriels concernés par les restructurations" sans plus de précision. "La modernisation des pôles export et élaboré ainsi que le projet de mise en vente de certaines unités s'inscrivent dans la logique de la préparation du plan de continuation qui sera présenté avant le printemps 2013. Le nouveau périmètre permet d'ores et déjà d'afficher une exploitation positive et une autonomie financière", ajoute le communiqué du groupe Doux.

Celui-ci envisage de céder quatre sites --Châteaulin, Pluguffan et Kergonan, près de Quimper, ainsi que le laboratoire Transal à La Vraie-Croix (Morbihan)--, a assuré Jean-Luc Guillard, précisant que cela représentait 74 emplois.

Prochaines étapes

Le tribunal de commerce de Quimper doit examiner le 20 novembre les offres de reprises concernant ces quatre sites. Il étudiera ensuite le 28 novembre la situation du groupe afin de décider d'une éventuelle prolongation de la période d'observation.

Le volailler est placé en redressemnt judicaire depuis le 1erjuin 2012. Déjà près de 1 000 emplois ont été sacrifiés dans le pôle frais de Doux.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter