9. Les hommes qui comptent

 

Le pionnier d'Auchan

GÉRY DUVET, DIRECTEUR DE L'E-COMMERCE DE SIMPLY MARKET

Géry Duvet, 52 ans, est le principal instigateur du drive chez Auchan. À son arrivée à la centrale d'achats, en 1998, après un passage en équipe de direction magasin, cet ancien ingénieur de PSA assure la conception du projet Auchan Express. Inauguré en juin 2000, à l'entrée du centre commercial Auchan de Leers (Nord), il s'agit du tout premier drive créé par un distributeur alimentaire en France.

Modèle breveté et assortiment limité

À l'origine, ce concept, protégé par un brevet, n'est pas couplé à un site de commande en ligne, mais à un système de neuf bornes in situ, qui proposent un assortiment volontairement limité à 120 produits lourds ou volumineux (packs de boisson, couches, litières, etc.).

Dès la première année, Auchan Express est rentable, avec un référencement produits qui s'enrichit régulièrement pour dépasser rapidement les 3 000 références et plus.

Étonnamment, malgré l'innovation qu'il apporte, le test Auchan Express n'est pas déployé immédiatement. Il se voit même copié et enrichi par les fondateurs de Chronodrive (lire ci-contre), qui inaugurent leur premier point de vente en février 2004 à Marcq-en-Baroeul (59). C'est seulement un an après que le deuxième Auchan Express est inauguré à Faches-Thumesnil (59), sous son nouveau nom d'enseigne : Auchan Drive, enfin couplé à la commande en ligne. Deux ans plus tard, Géry Duvet rejoint Simply Market en tant que directeur e-commerce. Désormais, l'enseigne de supermarchés propose dans 35 de ses magasins d'Ile-de-France le retrait, ou la livraison à domicile, des commandes passées en ligne. Le drive, en effet, n'est pas vraiment adapté aux contraintes de la vie parisienne !

 

Le duo des pure players

LUDOVIC DUPREZ, MARTIN TOULEMONDE, COFONDATEURS DE CHRONODRIVE

Ludovic Duprez, 48 ans, et Martin Toulemonde, 41 ans, ont travaillé dès 2002 sur la création de l'enseigne Chronodrive. Et le premier site a vu le jour en février 2004 à Marcq-en-Baroeul, dans le Nord (LSA n° 1848). A priori, rien ne les destinait à se rencontrer, si ce n'est l'entremise de Gérard Mulliez et l'apport financier familial. Autodidacte, Ludovic Duprez a commencé sa carrière comme commercial chez Canon bureautique, avant d'intégrer Kiabi. « J'ai d'abord été vendeur en magasin, avant de partir en Italie en 1993 pour participer à la création de la filiale. Puis j'ai rejoint la centrale en 1998, en tant que patron des collections », précise-t-il. De son côté, après l'Essca (école de commerce) et un master à l'université d'Inholland (Pays-Bas), Martin Toulemonde a débuté sa carrière, en 1991, chez Bonduelle Espagne pour devenir responsable marketing en 1994. « Puis j'ai pris pendant deux ans la direction marketing Europe de la branche surgelés. Et à 26 ans, Christophe Bonduelle m'a demandé de créer la filiale commerciale et industrielle de Bonduelle en Argentine, que j'ai développée jusqu'en 2001 », se souvient-il.

Tous les deux rêvent de monter leur entreprise, et ont déjà l'idée précise de leur future enseigne.

Avec l'essor du haut-débit, Chronodrive s'impose

Le concept qu'ils ont en tête ? « Libérer le client du fardeau des courses et, avec l'essor du haut-débit, lui proposer de faire ses courses en ligne puis de se les faire livrer dans son véhicule, en moins de cinq minutes chrono, à l'heure de son choix ! », résument les cofondateurs. Sept ans et 36 implantations plus tard, le concept n'a pas changé, mais il s'est amélioré pour s'imposer comme la référence 100% pure player. Souvent copié mais jamais égalé, il a su idéalement combiner la richesse de l'offre produits, l'innovation marketing et la maîtrise technologique.

 

Le père du concept chez Leclerc

PASCAL PAYRAUDEAU, ADHÉRENT DU LECLERC ROQUES-SUR-GARONNE (31) ET PATRON DE LA FILE DRIVE CHEZ LECLERC

Avant que le drive ne génère une à deux ouvertures par semaine, Pascal Payraudeau, le patron de cette activité dans le groupement Leclerc, a tâtonné presque un an. Au début des années 2000, « pour les 50 ans de l'enseigne, il fallait trouver 50 idées nouvelles, le drive en faisait partie », raconte ce Toulousain d'adoption, tout juste quinqua.

L'influence américaine

En 2006, tandis qu'il regarde le chariot de la « ménagère », rempli de bouteilles d'eau et de packs de lessive, il se dit qu'il y a quelque chose à faire. « Toute cette place pour un panier moyen si faible ! soupire-t-il. Autant mettre ces produits sur internet. Nous avions l'outil informatique pour faire la préparation. » Les États-Unis l'ont aussi influencé. Il est en effet marié à une Américaine et a vécu en Floride après ses études à Sup de Co Nantes. Fils de l'un des bras droits d'Édouard Leclerc, il s'engage logiquement, au début des années 80, dans le parcours Leclerc. Parrainé par l'adhérent de Mazamet (81), il rachète à Rémy Nauleau le Leclerc de Roques-sur-Garonne (31). Le drive selon Pascal Payraudeau ? Un modèle pérenne, dégageant une « rentabilité nette deux fois supérieure à celle d'un hypermarché ».

 

 

Le coach du modèle Intermarché

ARNAUD IZAMBARD, ADHÉRENT RESPONSABLE DE L'E-COMMERCE CHEZ ITM ALIMENTAIRE

Plus de la moitié de sa vie chez Intermarché ! Arnaud Izambard, 37 ans, est le « modélisateur » du drive chez ITM Alimentaire dans le cadre de ses responsabilités en e-commerce. Ce fils d'adhérents de Ris-Orangis (91) goûte dès l'âge de 15 ans aux métiers du magasin, en aidant ses parents. Son BTS d'analyses biologiques aurait pu lui faire endosser une blouse blanche. Il a préféré les couleurs des Mousquetaires, comme adhérent à Maisons-Alfort (94) depuis 2002. Avec des responsabilités tiers temps au pôle commerce de la région parisienne, puis au service de la communication externe.

Apporter de l'inédit

En 2009, il prend les rênes du service internet au niveau national, avec 7 personnes. La fonction recouvre, outre le drive, le site institutionnel intermarche.com, l'e-commerce et sa communication.

En amont, Philippe Manzoni, le président d'ITM Alimentaire, et Gilles Briant, l'adhérent chargé du marketing, définissent la stratégie et les budgets du développement du drive, soit 500 sites d'ici à 2013. Les régions, en aval, opèrent le déploiement. Entre les deux, « notre mission est d'accompagner les ouvertures, de s'assurer de la bonne exploitation des sites, de mettre à jour les systèmes informatiques et le catalogue, d'étayer animations et communication », détaille Arnaud Izambard. Mais aussi de faire évoluer le modèle « avec de nouveaux rayons, des avantages clients inédits, ou l'optimisation du système de préparation pour réduire les frais de personnel ».

 

RESPONSABLE DE LA FILE DRIVE CHEZ CORA

DANIEL MITHOUARD

Dans son magasin de 13 000 m², à Moulins-lès-Metz, en Moselle, il a en quelque sorte essuyé les plâtres. Responsable de la file drive chez Cora, il a en effet participé à la création de ce concept au sein l'enseigne. Avec 4 magasins pilotes, d'abord, en 2009, pour « tester, comprendre » le modèle. Aujourd'hui, en plus de s'occuper de l'optimisation du concept dans son point de vente, il aide, avec les équipes mobilisées autour de lui, au déploiement du drive dans les autres hypermarchés Cora, au nombre de 59.

 

DIRECTEUR DE CASINO EXPRESS

DAMIEN MORAND

Développer une enseigne de drive solo au sein de Casino... Un défi de taille pour cet homme de 45 ans. Entré voilà plus de vingt ans chez Casino, il a été successivement directeur de magasin, en Rhône-Alpes, pendant cinq ans, puis « Monsieur euro » pour le groupe pour assurer le passage à la nouvelle monnaie. Enfin, directeur de la supply chain, entre 2002 et 2010 : une expérience utile tant cette maîtrise de l'amont est primordiale. Reste que, seul, il ne pourrait rien, et quand il évoque Casino Express, c'est le « nous » qui lui vient aux lèvres, le nous des services supports du groupe (finances, RH...) et le nous des équipes travaillant avec lui.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2200

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message