92% des Français toujours concernés par la question environnementale

|

A l’occasion de la semaine du développement durable, un sondage TNS Sofres pour la société Ecover de produits d’entretien écologique révèle que la question de l’environnement, si elle est mise de côté pendant la présidentielle, est toujours présente dans le quotidien des français.

Pour 92% d’entre eux, la protection environnementale reste importante dans la vie de tous les jours et 70% des sondés disent faire plus de gestes au quotidien par rapport à il y a quelques années. Notamment éteindre les appareils en veille (73%), utiliser des produits d’entretien qui respectent l’environnement (62%), doubler son pull et baisser le chauffage (50%), cultiver des légumes (41%), manger moins de viande (37%) ou encore prendre son vélo à la place de la voiture autant que possible (35%).

Quelle candidat est le plus vert ?

Plus original, les sondés devaient affecter à des appellations écologiques, un candidat à la présidentielle. On apprend ainsi que qu’Eva Joly apparait comme « Amie de la nature », à 41%, ainsi qu’en « bobo écolo », pour 28% des répondants. François Hollande passe pour « L’écolo quand il faut », à 20%, a égalité avec Eva Joly.

Nicolas Sarkozy, le président sortant et vu comme le « green washer » à 23%, tandis que Marine Le Pen est vue comme une candidate « anti-vert » à 28%.

En ce qui concerne les produits d’entretien écologiques, la question environnementale n’arrive pas au premier plan dans l’acte d’achat. Les premières attentes des français sont son efficacité (55%), puis son faible impact sur la santé (48%), mais le critère environnemental n’arrive qu’en troisième position, à égalité avec le facteur prix, à 42%.

Gare au green washing

Si 93% des Français ont observé une mise en avant généralisée du respect de l’environnement par les marques de produits d’entretien depuis 2 ans, la notion de protection environnementale ne convainc qu’un Français sur deux. Les marques doivent faire encore des efforts d’information et de transparence pour que les produits « verts » soient davantage perçus comme respectant l’environnement.

Les marques s’affichant comme écologiques sont perçues pour 50% des Français, comme des marques qu’on achète pour participer à la protection de l’environnement.

A 31%, comme un prétexte inventé pour faire payer plus cher, à 22 %, comme des marques que l’on achète pour se donner bonne conscience.

Il y a encore du travail à fournir.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter