A Deauville, le jouet attend le Père Noël

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Actuellement réunis à Deauville pour le Préshow Jouets et Jeux Noël, les fabricants et distributeurs de jeux et de jouets préparent déjà les fêtes de la fin d'année 2018. L'occasion pour LSA de sonder les acteurs du marché sur les tendances de vente du secteur pour 2017. Et, une fois encore, le démarrage de la saison s'annonce tardif. 

Le salon professionnel Preshow Jouets et Jeux Noël s'est ouvert le 20 novembre 2017 à Deauville et réunit les fabricants et acheteurs de la distribution.
Le salon professionnel Preshow Jouets et Jeux Noël s'est ouvert le 20 novembre 2017 à Deauville et réunit les fabricants et acheteurs de la distribution.© Defours.com

Le compte à rebours est lancé ! Alors que le salon Preshow Jouets et Jeux Noël s’est ouvert ce lundi 20 novembre 2017 à Deauville pour présenter aux acheteurs de la distribution les futures nouveautés du Noël 2018, LSA a interrogé les distributeurs et fabricants pour connaître les tendances en ventes de cette fin d’année 2017. Et une fois encore, les consommateurs ne semblent guère pressés de faire leurs emplettes.

Esprit de Noël, es-tu là ?

"Le trafic en magasin s’est accru au cours du dernier week-end mais les consommateurs ne sont pas encore dans une logique d’achats de Noël. Ils en sont toujours au repérage ou aux achats courants", expose un distributeur spécialiste. La faute à une conjonction de phénomènes comme la météo trop clémente, la mise en place tardive des décorations de Noël dans les villes ou encore le Black Friday et les grosses opérations promotionnelles de la distribution qui poussent les consommateurs à reporter leurs achats en espérant dénicher le meilleur tarif. Ainsi, selon le baromètre Christmas Tracking de Quantitude Développement, 30% des mamans disent attendre la bataille des prix dans les magasins pour réaliser leurs achats.

"L’e-commerce a également changé les habitudes grâce au raccourcissement des délais de livraison ou de retrait des produits en click & collect : les consommateurs n’hésitent plus à attendre les toutes dernières semaines pour commander en ligne, sans avoir à se presser en magasins", estime un fabricant. Un changement d’habitude que pointe, une nouvelle fois, le panéliste NPD qui rappelle que les ventes en ligne (pure players et sites marchand des enseignes physiques) ont plus que doublé en cinq ans pour représenter aujourd’hui 26% des ventes.

La prise de conscience du calendrier

Qu’on se rassure cependant, la hotte du Père Noël sera, comme toujours, bien garnie : "les Français dépensent en moyenne 121€ par enfant de moins de 10 ans pour Noël, soit presque 6 cadeaux", précise Frédérique Tutt, expert mondial du marché du jouet pour le groupe NPD. Et même s’ils sont moins rigoureux dans le respect de la liste au Père Noël que leurs voisins européens – un peu plus de la moitié des dépenses de jouets à Noël en France proviennent d’une demande directe des enfants contre 73% en Espagne et 83% en Allemagne selon NPD – les parents ne manqueront pas de faire leurs emplettes.

"Traditionnellement, c’est l’achat des calendriers de l’avent, fin novembre, qui fait prendre conscience aux parents que Noël approche à grands pas", observe un distributeur spécialiste. Déjà l’an dernier, le mois de décembre avait battu un record, concentrant à lui seul un tiers des ventes annuelles du secteur. Un scénario qui, selon NPD, risque de se reproduire cette année. Gare, donc, à l’affluence et aux ruptures dans les rayons…

Collections, mangas et jeux de société

Parmi les références qui devraient figurer en bonne place sous le sapin cette année, NPD pointe notamment les jouets à collectionner, telles les toupies Beyblade, les inoxydables cartes Pokémon ou encore les figurines Hatchimals et autres poupées LOL, qui ont concentré cette année 11% des volumes vendus. "Ce phénomène illustre une double tendance : l’attractivité des formats petits prix à collectionner d’une part, et l’influence des séries japonaises type manga d’autre part", explique Frédérique Tutt qui rappelle la hausse de +28% des thèmes manga depuis le début de l’année.

Autre tendance encore et toujours porteuse cette année, les jeux de société continuent leur essor et devraient dépasser cette année le seuil des 400 millions d’euros de chiffre d’affaires annuels avec une croissance de +7% à fin octobre, hors cartes stratégiques. Cette exception française – l’Hexagone représentant le plus gros marché d’Europe pour le jeu de société – est portée cette année par les jeux inspirés des « escape games » tels Unlock d’Asmodée, Escape Game de Dujardin ou encore Mission Escape de Goliath. Une tendance à laquelle les petits comme les grands n’échapperont pas !

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA