A Dijon, les magasins pourraient (peut-être) ouvrir le dimanche et en soirée

|

La ville de Dijon, dont le centre-ville a été classé au patrimoine de l'Unesco en juillet 2015, et dont le maire est l'ancien ministre du Travail François Rebsamen, a demandé à faire partie des zones touristiques internationales, qui permet aux magasins d'ouvrir le dimanche et en soirée... 

Le centre-ville de Dijon pourra-t-il être classé comme Cannes, Deauville et Paris ?
Le centre-ville de Dijon pourra-t-il être classé comme Cannes, Deauville et Paris ?

La très belle ville de Dijon, dont le centre-ville a été classé au patrimoine de l'Unesco, a sollicité le ministère de l'Economie afin de figurer parmi les zones touristiques internationales, comme Paris, Cannes, Deauville et Nice. Ce classement permettrait aux commerces d'ouvrir tous les dimanches et en soirée. A Paris, non seulement la délimitation des douze zones a fait débat, mais les salariés restent divisés sur le sujet. Ceux de Sephora ont accepté l'accord proposé par la direction, tandis que ceux du BHV l'ont refusé, ce qui pourrait mal augurer des accords pour les Galeries Lafayette, le Printemps ou le Bon Marché.

Pour animer sa ville, le maire François Rebsamen, ancien ministre du Travail, souhaite donc qu'elle soit classée en zone touristique. La capitale de la Bourgogne entend renforcer son attractivité touristique, en construisant notamment la Cité internationale de la gastronomie, qui complétera la carte sublime des vignobles aux alentours. 

La ville correspond-elle aux contraintes légales des ZTI ? 

C'est son adjointe Danièle Juban, lors d'une réunion à Bercy consacrée aux moyens à mettre en place pour revitaliser les centres-villes, qui a indiqué la demande faite de classer Dijon en ZTI. Elle est déléguée à l'attractivité, au commerce et à l'artisanat. Elle a vanté notamment la rénovation des quartiers à Dijon et la création d'une rue piétonne, rejoignant l'avenue centrale, qui a favorisé le commerce. Désormais, ce sont les touristes et les clients internationaux qui sont visés, un peu comme les Galeries Lafayette à Paris, qui reçoivent quantité de visiteurs étrangers disposant d'un énorme pouvoir d'achat. Reste à savoir si Bercy va considérer que Dijon dispose de toutes les caractéristiques légales pour répondre positivement...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter