Marchés

À Pâques, les œufs changent de panier ! 

|

Difficile de revisiter des classiques comme Pâques. Cette année, les fabricants ont pourtant fait preuve d’audace : alors que les chocolats varient, le traditionnel œuf investit d’autres rayons.

Trente millions d’euros. C’est le chiffre additionnel généré par Pâques sur le marché du… jouet ! « Le pic d’activité se situe surtout la semaine précédant le week-end pascal où les ventes bondissent jusqu’à près de 30% », calcule Franck Mathais, directeur exécutif chargé de la communication corporate du groupe Ludendo (La Grande Récré, Hamleys…). De quoi inciter les enseignes et fabricants de jouets à faire quelques infidélités au Père Noël !

« Toutes les catégories en profitent »

Longtemps chasse gardée des chocolatiers, la fête de Pâques se décline désormais dans de nombreux secteurs. Une tendance qui, année après année, va en s’amplifiant. Parmi les diversifications logiques, les bonbons et confiseries de sucre ont été parmi les premiers à flairer le filon. C’est le cas d’Haribo, qui propose, pour la deuxième année consécutive et en édition limitée, un assortiment de ses gourmandises présenté dans… des boîtes en forme d’œuf. Question de légitimité : plus les produits proposés s’éloignent des chocolats, plus leur aspect joue sur les symboles de Pâques, œuf et lapin en tête. On retrouve ainsi une foultitude d’œufs en tous genres, allant du jeu d’éveil Piou Piou Surprise de Tomy aux œufs gigognes Famille CotCot de Ouaps, en passant par les Rigol’œuf de VTech ou encore la pâte à modeler Barbapapa conditionnée dans des œufs en plastique. Même Playmobil s’y est mis, qui propose depuis quelques années déjà des figurines conditionnées en œuf et, plus récemment, un calendrier de « l’Avent » spécial Pâques. « Pour le moment, l’offre se concentre encore sur la thématique de l’œuf. Mais les parents cherchent surtout des petits cadeaux pour la chasse aux œufs ou le repas familial : toutes les catégories de jouets en profitent, essentiellement ceux positionnés entre 10 et 20 € pièce », détaille Franck Mathais. Du cadeau complémentaire pour varier du chocolat…

Du bestiaire au boudoir

Qu’on se rassure, ce dernier n’a pas dit son dernier mot. Selon l’enquête Toluna pour LSA, les Français comptent bien en croquer : plus de la moitié d’entre eux prévoient d’offrir des chocolats à Pâques, essentiellement des œufs (70%), mais aussi des assortiments (53%) et des animaux (34%). Les chocolatiers l’ont bien compris et proposent un véritable bestiaire chocolaté. Après son célèbre lapin, Lindt intègre un nouveau venu : un poussin. Même les discounters s’y mettent, comme Lidl, qui propose des sucettes au chocolat Favorina en forme de moutons et de lapins. Chez Jeff de Bruges, lapins, vaches, chats, moutons, chiens, poissons et un tout nouveau petit canard commencent à occuper les vitrines aux décorations fleuries. « Comme Pâques arrive tard cette année, nous jouons sur le thème printanier. Cette période représente entre 15 et 20% de nos ventes annuelles », explique Béatrice Toupin, responsable du marketing et de la communication de l’enseigne. Un rendez-vous à ne pas manquer que les pros du chocolat œuvrent à transformer en événement promotionnel : Lindt réédite son « grand jeu Lapin d’or » ; Milka propose une chasse aux œufs virtuelle ; Cémoi offre jusqu’à 250 € de chocolats ; tandis que Haribo fait gagner 150 kg de bonbons. Chez Jeff de Bruges, l’animation se déroule en magasins, avec la poursuite, cette année, d’un service gratuit de personnalisation des œufs initié en 2013. « C’est surtout destiné aux enfants. Mais à Pâques, notre clientèle ne recherche pas seulement des produits enfantins : les ballotins, qui ciblent plus les adultes, se vendent aussi très bien », reprend Béatrice Toupin.

Pour toucher les plus grands, les fabricants rivalisent d’imagination. Ainsi, Fragonard a lancé des savons parfumés en forme d’œuf. Plus coquine, la marque Marc d’Orcel propose… cinq sextoys au chocolat ! Ça change des œufs…

Pâques est le deuxième pic de vente du jouet après Noël. Mais si toutes les catégories de jouets sont concernées, ce sont surtout les produits à moins de 20 € qui en profitent

Franck Mathais, directeur exécutif chargé de la communication corporate de Ludendo

Le chocolat revisite ses gammes

Lindt fait écloreun poussin

Après son fameux Lapin Or (également décliné cette année en version « lait noisette »), Lindt agrandit son bestiaire pascal avec un poussin en chocolat au lait. Son modèle de 100 g porte autour du cou le ruban à grelot qui a fait la célébrité de son aîné rongeur.
Prix de vente indicatif (pvi) 3,49 € 

Jeff de Bruges personnalise ses œufs

Cette année, pour la deuxième fois consécutive, les 420 magasins français de Jeff de Bruges proposent gratuitement de personnaliser leurs œufs en y inscrivant – avec du chocolat – le prénom de l’enfant. Fini les disputes, désormais c’est chacun son œuf !
PVI 10,75 € l’œufde 135 g, 29 € l’œuf de 430 g 

Lidl mixe chocolat et sucette

À l’occasion des fêtes de Pâques, l’enseigne discount propose soussa marque Favorina des sucettes au chocolat au lait 100% pur beurre de cacao avec des formes ludiques de petits moutons et lapins. Le tout est fabriqué en Franceet décoréà la main.
PVI 0,89 € l’unité 

L’œuf inspire de nouveaux marchés

Playmobil met ses figurines en coquille

Deuxième temps fort après Noël, Pâques intéresse de plus en plus les fabricants de jouets, à l’image de Playmobil, qui renouvelle sa gamme d’œufs avec quatre nouvelles figurines et accessoires en édition limitée. La marque réédite pour la deuxième année consécutive un calendrier de « l’Avent » spécial pour Pâques. Audacieux !
PVI 6,50 € l’œuf, 10,50 € le calendrier 

Haribo lorgne la chasse aux œufs

Pourquoi n’y aurait-il quedes chocolats à débusquer dans les jardins Pour varier les gourmandises tout en restant dans la thématique pascale, Hariboa édité ses assortiments de bonbons dans des boîtes en forme d’œuf. Sus aux Dragibus et aux Crocos !
PVI NC

Avec Fragonard,c’est Pâques au savon

Pas besoin d’aller crapahuter dans le jardin pour trouver ces œufs astucieusement lancés pour Pâques par Fragonard : c’est dansla salle de bains qu’ils se cachent ! Le parfumeur revisite la boîte d’œufs avec six savons parfumés et colorés.
PVI 10 €

55,6 %

des Français offrent du chocolat à Pâques, deuxième occasion d’achat après Noël (74,4%)

69,6 %

des acheteurs offrent des œufsen chocolat, 53 % des assortimentset 34,2 % des animaux en chocolat

56,8 %

des acheteurs pensent dépenser plus de 25 € en chocolat à Pâques pour leur consommation ou pour offrir (39,5 % entre 25 et 50 €, 17,2 % plus de 50 €),contre 43,2 % qui prévoient un budget inférieur à 25 €Source chiffres :  Toluna

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter