A suivre à la rentrée : Marc Lelandais, trouver une solution à la dette de Vivarte

|

On a beaucoup parlé de Vivarte en cette année 2014. Pour ses concepts, nouveaux (et nombreux), pour ses remodelages commerciaux mais, aussi, pour ses problèmes de dette. En somme, une année bien remplie pour le groupe dirigé depuis 2012 par Marc Lelandais, transfuge de Lancel.

Marc Lelandais est Pdg de Vivarte depuis 2012, en remplacement de Georges Plassat.
Marc Lelandais est Pdg de Vivarte depuis 2012, en remplacement de Georges Plassat.

Et, dans le petit monde de la distribution française, des enjeux loin d’être anecdotiques. C’est que, avec ses 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires l’année dernière, et ses enseignes aussi connues que La Halle, André, Kookai, Besson ou Chevignon, Vivarte est un groupe qui compte.

Dette abyssale

Las, c’est aussi un groupe plombé par une dette abyssale. Pensez donc : la bagatelle de 2,8 milliards d’euros. En interne, cela cogite depuis des mois et des mois, pour ne pas dire des années, afin de trouver une solution. Cela a même été l’épisode financier de l’année. Quelque chose entre renégociation de dette et plan de reprise. Pour cela, il a fallu négocier ferme avec les quelque 160 créanciers du groupe.

Concepts en pagaille

Mi-juillet 2014, on apprenant que Vivarte venait d’obtenir l’accord de 95% d’entre eux. L’enjeu ? Un effacement de dette de quelque deux milliards d'euros via la conversion de leurs créances en capital, les prêteurs devenant les actionnaires de l'entreprise. De quoi, enfin, apporter un bon bol d’air à l’entreprise.

Laquelle, cela dit, en dépit de ses heures qu’on imagine difficiles, n’en a pas oublié ses magasins. Ainsi, tout au long de l’année, on a vu fleurir les nouveaux concepts chez Vivarte. San Marina, André, Chevignon et, surtout, La Halle ont chacune présenté leur nouveau visage cette année. Avec, à la clé, et notamment pour La Halle, des paris ambitieux proposés. C’est donc maintenant que tout se joue. En clair : il s’agit de savoir si ces concepts trouvent leur public ou non ? Voilà la grande affaire à suivre à la rentrée de septembre.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations