Abilio Diniz accuse Casino de « pur terrorisme »

Selon le site d'information brésilien Veja, Abilio Diniz a envoyé le 25 janvier, une note de 5 pages au conseil d’administration de Pão de Açucar et à son président exécutif, où il accuse la direction de mettre en "grave danger" son "intégrité physique"...

Abilio Diniz
Abilio Diniz© DR

Alors qu’il a vendu une partie de ses actions dans Pão de Açucar, Abilio Diniz n’est pourtant pas décidé à laisser respirer Jean-Charles Naouri, le patron de Casino et actionnaire majoritaire du distributeur brésilien. Selon le site d'information brésilien Veja, il a envoyé le 25 janvier, une note de 5 pages au conseil d’administration de Pão de Açucar et au président exécutif, Enéas Pestana, où il accuse la direction de l’entreprise de mettre en "grave danger" son  "intégrité physique" et celle de sa famille. Pire ! Le septuagénaire est catégorique : "Désormais, l’insolence a atteint un point qui met en péril ma propre intégrité physique, ce qui me permet de comparer une telle décision aux actes caractéristiques d’une stratégie de pure terrorisme."

300 gardes du corps rien que pour Abilio Diniz et sa famille

A l’origine de cette accusation saugrenue, il y a la décision de ramener, depuis le 14 décembre dernier, le nombre de gardes du corps mis à disposition d'Abilio diniz et de sa famille. Selon le blog Pertes et Profits, ils sont passés de 300 à 25. Kidnappé, puis sequestré, en 1989 par un groupe d’extrémiste, l’homme est ensuite devenu pour le moins tatillon dès que sa sécurité est en question...

15 millions d'euros économisés sur son train de vie

Sans compter que depuis sa reprise en main par Casino, Pão de Açucar a revu à la baisse un certain nombre de dépenses liées au train de vie de son ex patron. Les économies sont évaluées à 15 millions d’euros, en incluant l’avion et les deux hélicoptères de l’associé brésilien. Ecarté de la direction opérationnelle par Naouri, Abilio Diniz avait déjà vu rouge début décembre, lorsque, pour la présentation du plan stratégique de GPA, il a trouvé porte close, le forçant à faire l’aller-retour entre Paris et São Paulo dans la journée. Un océan n’est pas de trop pour les tenir à distance…

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres