Abilio Diniz au conseil de BRF : "un conflit d'intérêt évident" selon Naouri

A l’occasion de la présentation des résultats annuels de Casino, le 21 février à Paris, Jean-Charles Naouri est revenu sur le conflit qui l’oppose à Abilio Diniz.

Abilio Diniz
Abilio Diniz© DR

A l’occasion de la présentation des résultats annuels de Casino, le 21 février à Paris, Jean-Charles Naouri est revenu sur le conflit qui l’oppose à Abilio Diniz. Dans le cadre de la prise de participation de ce dernier dans l’industriel BRF, Abilio Diniz est aujourd’hui pressenti pour prendre la tête de son conseil d’administration, alors qu’il est déjà à la tête de celui de Pão de Açucar (GPA).

Inimaginable ailleurs

Une telle éventualité est inadmissible pour Jean-Charles Naouri: « BRF est le premier groupe industriel agroalimentaire du Brésil, et le premier fournisseur de GPA, il me semble qu’il y a un conflit d’intérêt évident, a assuré le patron du groupe Casino. Imaginez qu’aux Etats-Unis, le président du conseil de Walmart devienne président du conseil de Procter, il y aurait de grands éclats de rire. »

Pour prévenir une telle éventualité, Casino a officialisé hier sa demande de démission du conseil à Abilio Diniz.

« Il n'y a pas de conflit d'intérêt, GPA représente moins de 10 % des ventes de BRF, réfute l'agence de communication Shan, qui défend les intérêts d'Abilio Diniz en France. On ne voit pas sur quelle argument juridique repose cette demande d'éviction, rien dans le pacte d'actionnaire ne prévoit une telle éventualité. Abilio Diniz a été approché pour entrer au conseil de BRF, pas forcément pour en prendre la présidence. Nous sommes surpris par le tour très violent de ces déclarations. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter