Accusé d'espionner ses clients à la caisse, Aldi se défend

|
Aldi
Aldi© PHOTOPQR/LE TELEGRAMME/ MAXPPP

La rédaction vous conseille

Le champion de la distribution discount, l'allemand Aldi, s'est défendu d'avoir filmé ses clients au moment où ils composaient leur code secret aux caisses, en réaction à un article publié par le magazine Der Spiegel. Selon le Spiegel, certains dirigeants de magasins auraient installé des caméras à même de zoomer sur le terminal de paiement au moment où les clients composent leur code confidentiel. Ces images auraient ensuite été enregistrées, et les DVD créés se seraient échangés entre responsables. "Les règles de vidéo-surveillance sont définies clairement et excluent de filmer la zone de paiement", a réagi la directrice de la communication Kirsten Windhorn dans un mail, affirmant qu'il était donc exclu que les codes aient pu être filmés. Si abus il y a eu, le groupe compte prendre "les mesures disciplinaires qui s'imposent, voire légales s'il y a lieu", a-t-elle ajouté.

Elle ne dit rien en revanche des informations du Spiegel selon lesquelles des femmes court vêtues ou au décolleté plongeant auraient été filmées en gros plan au moment où elles se penchaient sur les produits rangés dans les bacs de surgelés ou dans les rayons, des images également enregistrées sur DVD, selon le Spiegel. Selon l'hebdomadaire qui consacre un long dossier à l'empire Aldi, dont le propriétaire Karl Albrecht est l'homme le plus riche riche d'Allemagne, et notamment aux conditions de travail faites à ses salariés (temps partiels, salaires bas...), ces derniers auraient également été espionnés dans les zones de stockage ou d'expédition. "Dans quelques cas exceptionnels, il peut arriver que des collaborateurs soient surveillés par vidéo en raison d'un soupçon concret sur un délit passible d'une amende", a admis Mme Windhorn, soulignant que cette surveillance était entourée de mille précautions.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter